Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 14:52

 

Lettonie.png

 

Qui était Herbert CUKURS !

1900-1965

 

(C)  Jacques MOULIN 2009.

 


Original WEB
Photo originale du Cukurs C 3 YL-AAB prise au Bourget lors de son voyage en 1933. ((C) Photo André Alibert Le Bourget)

 

Les premières traces d’un avion construit par Herbbert Cukurs dans la presse française date de 1933. En fait Herbert Cukurs qui était né le 17 mai 1900 à Liepaja en Lettonie, c’était un ancien pilote de l’Armée Lettone, et il s’était intéressé très jeune à l’aviation.

Il commença par le Cukurs C1 dont je n’ai pas trouvé de traces, puis ce fut le C2, mais ce fut enfin avec le Type C3 qu’il se fit connaître à l’étranger, voila ce qu’en disais « Les Ailes » n°640 du 21/9/1933 agrémenté de deux photos André le Bourget.

« Hubert Cukurs, (…) découvrit un jour un Renault de 80 CV, débris d’un avion de guerre. Il acheta ce prototype du « Gipsy » et sans se laisser intimider par son poids de 240 kg, se mit courageusement à construire pour lui une cellule moderne de monoplan surbaissée et contreventé. »

Il semble que le rédacteur ne connaissait pas bien Cukurs puisqu’il ne parle pas de ses deux premiers prototypes, mais il est certain que l’avion de ce voyage et bien le C 3.

« Quand il se sentit près, Cukurs décida un voyage en Gambie parce que, dans l’ancienne Lettonie, la Courlande avait eu des colonies dans ce pays. Il partit donc de Riga en route vers Bathurst, et arriva à Paris le 30 août 1933. »

« Là, le pilote letton resta quelques jours pendant lesquels Steinmetz et Déis, mécanicien des usines Renault, firent une révision complète – et bien nécessaire – du moteur. Cela fait, Cukurs reprit son vol le 14 septembre, à 13 h 35. Le même jour, il gagna Poitiers où il arriva à 16 h 30. Il repartit le lendemain, à 10 heures, fit escale à Bordeaux où il passa la nuit du 16. Le 17 septembre), à 7 h 34, il décolla en direction de Barcelone ; mais, obligé d’atterrir à 60 Km de la ville, il endommagea son avion. Habile comme il est, l’aviateur letton pourra, sans doute, réparé très rapidement et poursuivra son voyage en direction de Bathurst. »

Dans le numéro 645 du 26/10/33 on peu lire :

« L’aviateur Cukurs, (…) est arrivé à Casablanca le 21 octobre après avoir traversé l’Espagne. 

Son appareil le Cukurs C-3 YL-AAB était équipé d’un moteur Renault type 8 C, la vitesse de l’appareil était de 190 Km/h. Plus rien ne parait après, il est possible que Cukurs ait rejoint son but.

Pourtant il semble qu’en cours de route son moteur ait été remplacé par un moteur Anglais  « Gipsy ».

Bien plus tard je retombe sur un article dans un journal local traitant de la chasse aux criminels de guerre nazis. Et la je retrouve trace d’Herbert Cukurs je résume ainsi ma lecture :

Il adhéra très tôt, aux début des années trente au parti Nazi Letton.

Pendant la guerre, il allait se faire une solide réputation de bourreau (Le Henkers de Riga) particulièrement sanguinaire et sadique :

Le 4 juillet 1941, il fit enfermer 300 juifs dans une synagogue de Riga et y fit mettre le feu. Il fit noyer 1200 juifs dans le lac Kuldiga.

En novembre 1941, il organisa la liquidation du ghetto de Riga, plus de 10000 morts, etc…

A la fin de la guerre, après s’être caché à Berlin, il réussit à rejoindre le Brésil en 1947. Mais son intempérance allait le perdre et après avoir révélé son vrai passé lors de libations dans les bars de Rio, il fut repéré par la communauté juive de cette ville.

Il pris la fuite et tout allais rentrer dans l’ordre pour un temps. Il repris son métier d’ingénieur en aéronautique et se maria avec une brésilienne dont il eu trois enfants. Il créa une compagnie d’avion taxi. Mais en 1957 son passé le rattrape et des étudiants indignés attaque le siège de sa société et dévastent les bureaux.

Cukurs s’enfuit à Sao Paulo, quand en 1960 les services secrets israéliens enlèvent Eichmann, il demande la protection de la police.

Comme il était bien protégé au Brésil et comme les justiciers craignaient des représailles des Nazi particulièrement nombreux dans ce pays, le Mossad (c’est une supposition car jamais les faits ne furent revendiqués par Israël) décida de le faire sortir de ce pays .L’un d’eux se faisant passer pour un ancien nazi, Anton Kunzle, ce n’est probablement qu’une couverture, lui donne rendez-vous à Montevideo en Uruguay.

Le 23 février 1965 deux agents probablement israélien Kunzle et un nommé Oswald Tausig aidé semble-t-il par quatre hommes, se charge de l’exécution. Bien qu’armé et d’une constitution robuste Cukurs fut tué, non sans mal, par les agents israéliens.

Son corps fut placé dans une malle jaune avec dans le couvercle le texte suivant :

« Etant donné la gravité des faits reprochés à l’accusé, à savoir qu’il a personnellement supervisé le massacre  de plus de 30 000 hommes femmes et enfants , étant donné également l’extraordinaire cruauté dont il a fait preuve dans l’accomplissement de ces forfaits, le dénommé Herbert Cukurs est condamné à mort . Le jugement a été exécuté, le 23 février 1965 par ceux qui n’oublierons jamais »

Un coresponsable anonyme préviens alors l’Associated-Press et l’Agence Reuter à Bonn et l’agence UPI à Francfort en lisant le document ci-dessus et précise l’adresse d’un pavillon de Montevideo.

L’AP de Bonn avertit son agence de Montevideo, qui avertit la police Uruguayenne et la malle fut retrouvée dans le pavillon.

Toutes les investigations de la police Uruguayenne seront sans résultat.

Mais depuis le passage de Cukurs il n’y a plus de juifs en Lettonie.


 

(C)  Jacques MOULIN 2009.

 

 

 

Cukurs C 3 WEB 



           File3202 WEB

Deux  autre mauvaises photos du Cukurs C 3 publié dans la presse de l’époque qui complète bien les marques de la bête, elles ont été probablement prise a la même époque.(Photo DR probablement André le Bourget).





Partager cet article

Repost 0
Published by aerophile - dans Aviateur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le bloc-note de aerophile
  • Le bloc-note de aerophile
  • : Receuil de reportages et de textes divers et variés sur l'histoire aéronautique pour faciliter la vie des chercheurs et des amateurs d'aviation.
  • Contact

Profil

  • aerophile
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.

Recherche