Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 11:49

MATRA R-75.

 

 

© Jacques Moulin 2010.

 

 

C’était une variante du R-74 qui devenait un quadriplace avec deux moteurs, les caractéristiques sont en partie inconnues. Cet appareil était étudié et très proche du R-74 en plus de l'empennage qui est identique à celui prévu pour le R-74, cet appareil devient de plus en plus gros. Il semble bien que cette étude est principalement destinée au camouflage du projet R-80, un avion d’attaque a     u sol, mais malgré çà l'appareil ne manquait quand même pas d'intérêt, il est bourré de solutions originales, mais malheureusement probablement fort coûteuses et inenvisageable pour un appareil de tourisme.

La stabilité latérale est assurée par le braquage différentiel des volets de profondeurs qui sont monté aux extrémités du plan fixe horizontal, mais contrairement au R-74 il y a aussi des gouvernails de direction sur les surfaces verticales.

Cet appareil est évidemment également un bipoutre Roger ROBERT a prevu de placé les deux moteurs d’une manière original, un dans chaque raccordement des poutres dans l'aile, et ses deux moteurs entraînait une seule hélice, avec un réducteur et une transmission.

Les deux moteurs, probablement avec refroidissement à air, sont installés dans des poutres agrandis et monté sensiblement au droit du centre de gravité de l'avion, des ouïes d'aération, dans le nez des fuseaux assuraient le refroidissement.

Les moteurs sont accouplés à l'axe d'une hélice propulsive par l'intermédiaire d'un arbre de transmission, avec boite d'engrenages et roue libre, ce qui permettait facilement de voler sur un seul moteur en cas de panne. Ce système devait également permettre une meilleure répartition des poids, ce qui devait améliorer la maniabilité de l'appareil

Cette solution permettait :

- De mieux équilibré le poids, et l'utilisation de deux moteurs de 175 ch (ou 160 ch).

- L'appareil pouvait continuer à voler sur un seul moteur en cas de panne.

 File7781 WEB

L'appareil est comme le R 74 équipé d'un train tricycle non caréné mais qui pouvait se replier vers l’arrière dans les poutres, la roulette se repliait sous le plancher de la cabine.

Le coffre à bagage est derrière la cabine sous la transmission.

Les ailes sont pour la partie centrale entre les fuseaux moteurs et la cabine en flèche inversée, pour faciliter l'accès pour les passagers, et les ailes contrairement a celle du R-74 est droite sans flèche.

Très peu de chose sont connue sur cet appareil. Il est très brièvement présenté dans la presse aéronautique en août 1946, (voir les ailes ci-dessous) pourtant à ce moment l'étude est abandonnée depuis longtemps au profit des R-100/110.

Jusqu'à la découverte récente d’un plan d’usine comprenant quelques caractéristiques. Jusqu'à maintenant malgré le texte publié dans les revue d’époque, les principales dimensions et les caractéristiques technique étaient rares voila ce que nous avons découvert récemment (2010).

 

Caractéristiques:

 

Dimensions connues :

Envergure :                                       12 m.

Longueur :                                         8,168m.

Envergures stabilisateur AR           7,500 m

Surface allaire                                  10 m²

 

Moteur :                                             deux Mathis type Gr 7s de 175 ch ou 160 ch.

 

Performances:

 

                                               Sur deux moteurs                 Sur un seul moteur

Vitesse maximum                    350 km/h                                250 km/h

Plafond                                      5500 m                                   2300 m

 

Devis de poids :

 

Poids à vide :                                               1185 kg

Poids total :                                                  1880 kg

Charge par cheval                                        17,8 kg

 

 File7782 WEB

 Plan que j'avais fait en 1978 pour publication dans le TU.

 

 

Texte des Ailes n° 1075 du 24-8-46.

 

De remarquables avions qui, à l'époque étaient à l'avant-garde de la technique aéronautique, sont sortis, jadis, de l'usine Bernard, à La Courneuve. Ce sont, entre autres, le monoplan de course dessiné par le regretté ingénieur (Hubert, avec lequel fut établi le record, -du monde de vitesse pure, pour avions-terrestres, le fameux Record du Lieutenant Bonnet que nous avons conservé pendant plusieurs années, et, ensuite, les grands appareils de transport de tu formule «Oiseau-Canari», celle-ci Illustré par la traversée de l’Atlantique-Nord par Assolant Lefèvre et Loti.

L’usine Bernard est passée, depuis, entre les mains de la Société MATRA dirigée par un excellent et vieux technicien de l'Aviation, Roger Robert, qui, après avoir appartenu au bureau d'étude Bernard, passa| plusieurs années au pays du Soleil-Levant

 

Cette usine semble prédestinée pour servir de berceaux aux solutions nouvelles. L'ingénieur Roger Robert a étudié, en effet, pendant l'occupation, plusieurs appareils originaux ; un avion long Courrier rapide, avec lequel René Lefèvre projetait d’assurer, dès 1942, avec Air-SAGA, des transports de fret à la demande vers nos colonie et également, un curieux bimoteur de chasse à hélice propulsive unique, dont la maquette volante a été réalisée, pour « camoufler » le projet aux yeux des Allemands, sous la forme d'un quadriplace de tourisme, le R.-75.

L’apparition des chasseurs à réaction retire beaucoup d'intérêt, à la version militaire de ce projet. Toutefois, les dispositifs originaux que le prototype-laboratoire R.75 permettra d'expérimenter seront également applicables aux avions civils.

La répartition, en deux groupes indépendants, de la puissance motrice, groupe entrainant une seule hélice, constitue la première caractéristique originale de ce prototype. Elle est réalisée sur le Robert R.-75, avec deux moteurs Mathis, de 175 CV chacun, installés à l'intérieur de deux fuseaux-poutres servant de supports aux empennages, sensiblement au droit du centre de gravité de l'avion. Des ouïes d’aération, dans le nez des fuseaux, assurent le refroidissement normal des moteurs. Ceux-ci sont accouplés l’axe d'une hélice propulsive par l’intermédiaire d'un arbre, avec boites d'engrenages et roues libres. Dans le cas où un des moteurs viendrait à s'arrêter, l'avion poursuivrait son vol dans des conditions de rendement optimum, en utilisant le second moteur, puisque son axe de tract ion n'en serait pas affecté. Ce dispositif, entre autres avantages, doit également permettre d’obtenir une, meilleure répartition des poids et assurera à l’appareil, de ce fait une très grande maniabilité,

La seconde caractéristique présentée par le Robert R.-75 réside dans la suppression des classiques ailerons de gauchissement. La stabilité latérale sera assurée, en effet par le braquage différentiel des volets de la profondeur qui, sur le R.-75, seront montés aux extrémités d'un plan fixe horizontal de grand allongement. Ce plan porte également, dans l'axe des fuseaux-poutres, des surfaces de dérive et des gouvernes de direction. L’expérimentation de l'appareil, sans utiliser ces dernières, montrera, dit-on, s'il est également possible de se passer de gouvernes verticales et de réduire ainsi à deux commandes les organes de pilotage. En tout cas, la suppression des ailerons permet d'utiliser la totalité disponible du bord de fuite pour y articuler de grands volets hypersustentateurs facilitant les décollages et les atterrissages' avec une charge alaire élevée.

En attendant de revenir plus longuement, sur cet appareil, signalons encore que la maquette-volante est prévue .pour emmener quatre personnes et leurs bagages. Avec son atterrisseur tricycle escamotable, l’habitacle large visibilité et la grande sécurité offerte par deux moteurs indépendants, ce prototype constituera un avion de grand tourisme intéressant.

 

Voici, enfin, les performances théoriques escomptées avec, d’abord, ses deux moteurs, soit 350 ch, puis avec un groupe stoppé soit 175 ch : vitesse maximum 350/260 km/h; vitesse ascensionnelle, 7 m/ l m. 75/sec.; plafond 5500/2800 m.

 

A. F.

 

(NB : il semble que quand cet article fut publié l’étude était déjà abandonnée depuis longtemps.)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by aerophile - dans Avion de papier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le bloc-note de aerophile
  • Le bloc-note de aerophile
  • : Receuil de reportages et de textes divers et variés sur l'histoire aéronautique pour faciliter la vie des chercheurs et des amateurs d'aviation.
  • Contact

Profil

  • aerophile
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.

Recherche