Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 14:34

CAPRA Type 10 (?).

 

© Jacques Moulin 2010.

 

 

Cette dénomination n'a semble-t-il jamais été utilisée et la numérotation des appareils CAPRA/MATRA commence apparemment au type 20. Mais on peut esquisser une explication : Roland Payen indique dans pilote privé n°82 de novembre 1980 qu'un premier projet d'avion destiné à concourir pour la coupe Deutsch de la Meurthe de 1939 avait été lancé par les établissements Vermorel qui envisageait alors de présenter deux appareils, peut-être pas forcément identique, ces appareils devaient être construits par CAPRA. Mais il semble que ce projet fut assez rapidement abandonné. Il n'est pas interdit de penser que cela explique que la liste des appareils CAPRA/Matra en ai tenu compte pour débuter leur numération qui commence (officiellement) à S 20 (S comme sport) ou RR. Mais une autre explication est probablement possible, plusieurs des appareils devant participer a cette coupe avait des appellations comprenant la référence « 20 »…

 

 

 

 

 

CAPRA RR ou R 20

  

© Jacques MOULIN

 

 

CAPRA R.R. type 20 (ou S 20 ou S 200).

 

Comme la Société Vermorel a stopper sa participation au projet d'avion de course pour la coupe Deutsch de la Meurthe de 1939, CAPRA décide d'étudier sur ses fonds propres un appareil devant être compétitif en partant évidemment de zéro, puisque CAPRA n'a jamais rien construit. L'étude devait débuter début 1938, le premier brevet date du 4/3/1938 et un plan d'ensemble est dater : Paris le 7 août 1938.

Le moteur devant équipé ce racer, est pratiquement imposé, c'est un Bearn 12 A construit par la Société Mécanique du Béarn, (SMB). Elle s'est vu commander par l'Etat 12 moteurs destinés aux avions de la coupe Deutch, ce moteur devait être offert à raison de deux moteurs par cellules terminée, c'est un moteur 12 cylindres en I (i) de 6,5 litres de cylindré d'une puissance de 400 ch à refroidissement par air, il peut être monté verticalement, c'est en fait un moteur "flat-twin vertical". C'est aussi le premier moteur étudié par M. CHAUMONT pour la SMB.

File7799 WEB

 

 

 

Un dessisn de Monsieur Payen illustrant ce qu'aurait pu être le R 30 (DR)

 

 

Le résultat de l'étude donne un petit monoplace de course à aile médiane cantilever à train rentrant, le CAPRA type R.R.

L'appareil est monoplan, à aile médiane, dont la forme de la voilure rappelle très vaguement les anciennes fabrications Bernard.

Les deux sociétés concernées (CAPRA et BEARN) espèrent bien qu'un succès dans cette compétition (qui devait avoir lieu en septembre 1939) leur permettrait de se faire connaître.

1-File7737 WEB

 

Un plan que j'avais réalisé en 1974 pour le TU. 

  CAPRA-R.20-1.jpg

Un visiteur de ce blog, a réalisé une maquette de cet avion, maquette qui sera défusé en boite "résine". (Maquette et photo Stéphane Guerrero).

 

 

 

Tout est nouveau dans cet appareil : le train, construit par Messier sur un brevet n° 851.294 déposé le 13/9/38 par M. Roger ROBERT. Les ailerons, également d'un type nouveau, sont couverts par un brevet n° 843.933 déposé le 4/3/38 par MM. R. ROBERT et A. HENAULT.

Ce sont des ailerons de gauchissement qui occupaient 53,4% du bord de fuite, ils sont montés sur des volets de courbure articulés avec fente, formant un système hypersustentateur le texte du brevet indique qu'il assure :

1ère Le Contrôle transversal de l'avion.

2ème L'hypersustentation.

La voilure, elle aussi, est d'une conception très nouvelle, elle est construite autour d'un caisson/réservoir servant de mono longeron, réalisé en acier inoxydable 18/8 soudé électriquement par point (à l'époque ce n'est pas un problème facile à résoudre, principalement pour assurer l’étanchéité). Une seule société française est alors détentrice d'une telle technologie, c'est les établissements Carel-Fouché, une société spécialisée dans la soudure électrique qui travaillait sur un brevet américain Budd, elle est seule capable de résoudre le problème de jonction étanche d'acier inoxydable.

 

10-File7764 WEB

Le Réservoir -structure d'aile réalisé par la Sté Carel et Fouché .

 

 

 11-File7765 WEB

Détail de la piece ci-dessus.

 

File7807 WEB

 

Aile en bois monté sur le reservoir formant longerons.

 

 

Sur ce caisson est monté des nervures en Spruce avec âme en contre-plaqué de bouleau, ces nervures sont fixées sur le caisson par des cornières en acier inox soudé, lors de la construction du caisson. Le poste de pilotage, très en arrière est situé derrière ce caisson.

Cet ensemble, novateur, est construit entièrement (voir photos) par Carel-Fouché. Le recouvrement extérieur est réalisé en contreplaque de bouleau dans les ateliers CAPRA.

Les empennages et gouvernes sont à profil symétrique sont de construction bois.

Le caisson réservoir est cloisonné pour éviter le déplacement du carburant à l'intérieur.

La voilure a un léger dièdre permettant d'avoir l'extrados horizontal biconvexe et calé à 0° dans l'axe de traction.

 File7804 WEB

 

Vue du train monté et ouvert (Archive P. Ricco) 

 

 

File7805 WEB

 

Le même train replié. (Archives P.Ricco) 

 

 File7797 WEB

File7798 WEB 

 

 Extrait des plans joint a la demande de brevet.

 

 

Sur l'avant le support moteur est également fixé sur cet ensemble, tout comme le train d'atterrissage, réalisé par la société Messier également construit sur un Brevet Roger Robert. Il comprend deux jambes principales qui se replient dans le fuselage.

Le train doit en effet obligatoirement s'escamoter vers l'arrière de l'habitacle, système rendu obligatoire par l'étroitesse du fuselage et la présence des réservoirs dans les ailes. Le tout est manœuvré par un vérin hydraulique construit par Messier.

Une cinématique permettait malgré le cabrage des volets l'asservissement des ailerons de gauchissement à la commande du manche.

En juin 1939, l'appareil est presque terminé, mais le moteur n'est pas prêt. Même si les événements l'avaient permis, le CAPRA R.R. n'aurait certainement pas pu participer à la compétition de septembre 1939. Le moteur n'ayant pas été terminé et septembre 1939 vit le début de bien autre chose que la coupe Deutsch de la Meurthe.

L'appareil s'il avait été terminé, aurait été peint de couleur bleue de France brillant (selon M. Roger ROBERT) et son numéro dans les appareils de la coupe aurait été le n° 9 (D'après R.PAYEN), probablement en blanc.

 

 File7800 WEB

 

Plan d'usine du R R, un tirage plus fin viendra plus Tard.

 

 

 

Caractéristiques:

 

Longueur : …………………………………………………………..7,10 m

Envergure : ………………………………………………………….6 m

Profondeur à l'emplanture : …………………………………….…1,324m

Profondeur à l'extrémité : ……………………………………….…0,68 m

Surface totale : ……………………………………………………...6 m²

Surface réelle : ……………………………………………………...5,10 m²

Allongement théorique : …………………………………………....6

 

Poids à vide équipé : …………………………………………….700 kg

Essence : ………………………………………………………....270 kg

Huile : ………………………………………………………………..30 kg

Pilote : ………………………………………………………….........75 kg

Parachute : …………………………………………………….........10 kg

                                                                                             _____________                                                                                                                                                                                                                             ___________

Poids total : ……………………………………………………….1085  kg

 

Charge alaire au décollage : ………………………………….….213 kg/m²

Puissance au m² :……………………………………………..……..78,5 ch

Charge au cheval : ………………………………………………….2,71 kg

 

Performances :

 

Vitesse maximum en palier (calculée) : ……………………….530 km/h.

 

Construction :

Métal et bois.

 

Moteur :  File7809 WEB

 

 

1 Béarn 12 A de 12 cylindres en i de 6,5 litres et 400 ch à 4000 t/m. Refroidissement à air

Alésage : 85 mm.

Course : 95 mm.

Taux de compression : 7,8.

Masse : 300 kg

Puissance spécifique : 61,5 ch/Litre.

 

Ce moteur était particulièrement prometteur M. CHAUMONT prévoyait d'en tirer 61 ch au litre ce qui était important pour l'époque. Quelques moteurs seront livré début 1940 un sera essayé sur le Lignel 20S, mais sera fortement détérioré lors de ces premiers essais, suite apparemment à un mauvais refroidissement, les autres moteurs seront stockés et oubliés.

    

 

NB : Etait également prévu pour participer cette coupe, le Lignel L 20 "Mistral", le Max Holste 20, le Payen PA-25, le Régnier "Martinet" puis "Météor" et également un appareil de la SNCAM, plus un Bugatti et peut-être quelques autres.

 

 

 

CAPRA R.30 ou R.300.

 

Parfois dénommé (probablement par erreur) Capra R.46.

 

© Jacques MOULIN 2010.

 

 MATRA R-30 WEB

 

Une possibilité d'un R-30 Et-1 en 1942 si...

 

C’était une étude très sommaire pour un avion expérimental et d’école de chasse entièrement métallique dérivé du R-20 ou RR mais dans cette version contrairement au RR, le moteur Béarn était monté de manière différente, et était un moteur de 6 cylindre en ligne inversé monté soit horizontalement, soit obliquement pour améliorer la visibilité vers l’avant, c’était un moteur totalement différent du 12 cylindres prévu pour le RR.

Le train d’atterrissage était également différent il était rétracté dans les ailes et non dans le fuselage

Ce projet d’appareil répondait peut-être aussi au programme des « C1 léger ».

Cet appareil est parfois dénommé (probablement par erreur) Capra R.46, car on peut penser que cette désignation correspond à une version monoplace (C1) du R.40.

 

Caractéristiques présumés:

 

Ailerons :                 15% de la corde articulés sur volet de courbures 24% de la corde.

Moteur :                       1 x Béarn 6 C de 360 ch.

Envergure :                   7,2 m

Longueur :                    7,5 m

Surface portante :          8,4 m²

Poids à vide :                825 kg

Poids totale :                1045 kg

Vitesse max :                539 km/h à 5000 m

                                    491 km/h à 2240 m

Vitesse d’atterrissage   110 km/h

 

Montée à :                   2000 m en 2 mn 34 s

                                   4000 m en 5 mn 21 s

Plafond :                      9500 m  

   File7788 WEB

 

 

File7789 WEB

 

 File7791 WEB

 

 Plan trois vues du projet R.30 ou R 300 .

 

 

Documents origine : Air Pictorial, Malcom Passinghan et Jean Liron (+), récapitulés par Pierre Leyvastre (+) confirmé en partie par Roger Robert(+)).

 

 

 

 

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by aerophile - dans Avion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le bloc-note de aerophile
  • Le bloc-note de aerophile
  • : Receuil de reportages et de textes divers et variés sur l'histoire aéronautique pour faciliter la vie des chercheurs et des amateurs d'aviation.
  • Contact

Profil

  • aerophile
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.

Recherche