Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 11:17

img317

Le Potez VIII.

 

© Jacques Moulin 2012.

 

 

Henry Potez

 

 

Henry Potez

 

 

    Les premières constructions réalisées par les Etablissements Henry Potez furent l’entretien et la modification de divers appareils SEA qui avaient été construits avec Marcel Bloch mais, après la séparation des deux hommes, Henry Potez construisit le premier appareil 100 % Potez (y compris le moteur). Ce fut le Potez VIII, réalisé dans son trop petit atelier d’Aubervilliers. Cet appareil avait plusieurs particularités, notamment c’était le premier appareil construit pour le tourisme aérien.

 

PREMIER « TOURISME » ET PREMIER MOTEUR

 

    Le premier appareil construit par la nouvelle société créée en 1919 sous le nom d’«Aéroplanes Henry Potez» dans le petit atelier d’Aubervilliers était le Potez VII ou 7 qui était une version de transport civil des SEA-4 militaires. Le SEA-4 était le fruit de la collaboration entre Henry Potez et Marcel Bloch, ces deux ingénieurs s’étaient ensuite séparés après la fin de la Première Guerre mondiale, reprenant l’un et l’autre leur liberté.

 

Potez avait conservé dans sa nouvelle société l’entretien des SEA-4 et avait décidé de transformer ces surplus militaires en avions de transport civil sous le nom de Potez VII.

 

Rapidement un autre projet prit corps à Aubervilliers, ce fut l’étude et la construction d’un petit avion d’entrainement, appareil équipé d'un moteur Potez qui était à développer pour la circonstance. C’était le début de la construction de moteurs par la société Potez.

 

Ce moteur ne fut pas une réussite. Il ne durait jamais plus de quatre heures, après les incidents obligeaient à en changer.

 

   

 

 

 

img506

 

    .

Pub Potez d'époque.

 

C’est pour cela que seul le prototype en fut équipé, mais rapidement il fut évident que ce moteur ne pouvait pas donner satisfaction. Henry Potez ne s'entêta pas et revint à un moteur plus fiable et il choisit un Anzani de 60 ch.

 

Une autre nouveauté de l’appareil était le train, le Potez 8 possédait un atterrisseur à quatre roues qui se révéla assez satisfaisant et, pour pouvoir freiner, les « freins de roues » n’étaient pas encore au point et la béquille arrière était toujours là. Il suffisait de lever le nez pour que la béquille freine sur le sol herbeux.

 

Photo-6-img522

 

La première version du Potez VIII avec l'étrange et fameux moteur Potez qui ne fonctionna que très mal (Photo constructeur).

 

 

Un nouvel arrivant dans la société, M. Delaruelle, entra au service de M. Coroller, directeur technique qui lui permit ainsi d'étudier des avions au lieu de les contrôler. Il se vit confier le développement de la version biplace côte-à-côte du Potez 8. Pour cela la largeur du fuselage devait augmenter. Le Potez 8 R côte-à-côte n'eut pas beaucoup de succès et resta à l'état de prototype.

 

Il semble que le modèle standard avec plusieurs types de moteurs Anzani de puissance croissante aurait été construit en une centaine d'exemplaires dont un fut équipé d’un flotteur, le transformant en hydravion. C’était en 1922, l’acheteur d’un Potez VIII, un Marseillais, M. Astruc, cherchait un hydravion de tourisme, aucun n’étant disponible il acheta un Potez VIII qu’il fit modifier en hydravion avec un flotteur unique axial et deux ballonnets latéraux. Le nouvel appareil fut une réussite et M. Astruc vola très fréquemment à bord de son appareil.

 

Le Potez VIII fut, sans doute, le premier appareil conçu spécifiquement pour le tourisme aérien et cela en 1922 juste après la Première Guerre Mondiale.

 

 

Photo-10-img510-copie-1

 

Un Potez VIII en version a deux roues (Photo DR).

 

  img377.jpg

       

 Un Potez VIII de l'aéroclub de Tours sur l'aérodrome de Parcay-Meslay (DR)

 

 

Le Potez VIII trouva rapidement sa place et participa à plusieurs concours d’avions civils qu’il gagna facilement, notamment lors des meetings du Bourget et de Bruxelles, où il remporta les records de rapidité de décollage, décollant sur une longueur à peine supérieur à 10 mètres.

 

En 1924 un autre concours fut organisé et baptisé Grand Prix de Tourisme 1924 (2). Les Potez se présentèrent en nombre et ils gagnèrent haut la main les diverses épreuves et ils étonnèrent le public lorsque 10.500 km furent totalisés par cinq appareils Potez 8, le pilote de l’appareil arrivant en tête était le célèbre René Labouchère (1) avec Favreau comme copilote. Labouchère était entré en 1923 comme chef-pilote chez Potez.

 

 

img501

 

 Plan trois vue d'époque.

 

 

img502 (2)

 

 

Une autre version le Potez type VIII-R, était un petit biplace de tourisme construit sur le même principe que le VIII standard, mais la carcasse des ailes et de l’empennage sont entièrement en duralumin. Le fuselage est une coque en contreplaqué. Le train d’atterrissage est celui du type VIII mais, contrairement au VIII, le pilote et le passager sont placés côte-à-côte.

 

Photo-13-img512

 

La version planeur du Potez VIII (photo constructeur).

 

 

Une autre étrange variante du type VIII fut la version planeur… qui fut utilisée par le pilote Douchy lors du concours de Combegrasse, en 1922. Douchy gagna même le prix de la distance en franchissant 5,850 km en 5 minutes 50 secondes.

 

L’exiguïté des lieux rendant le montage en série des Potez 7 et 8 impossible obligea le constructeur à transférer la production et Potez s’installera à Levallois, dans une usine beaucoup mieux adaptée au développement de ses fabrications.

 

La société Potez prit de l’importance mais le Potez VIII fut oublié et lorsqu’on pense à Potez c’est surtout les types 25 ou 63 qui sont les plus connus.

 

Photo-11-img518

 La version hydravion de M. Astruc (Photo Constructeur).

 

 

 img504 (2)

 

Détail du train de la version deux roues.

 

    (1) René Labouchère né à Paris le 13 février 1890, brevet n° 86 passé en 1910 sur Antoinette, établit plusieurs records. Bombardier de nuit pendant la guerre qu’il débuta en tenue civile, sa haute taille ne rentrant pas dans les tenues standard des militaires, il fut le premier à envisager les fonctions de « contrôleur de vol ». En 1923 il entre chez Potez puis en 1938 à la SCAN qui avait absorbé Potez en décembre 1936.

 

(2) Le concours regroupait cinq Potez VIII, deux Nieuport 38, un Nieuport 80, un 81, un Caudron 27, un 227 et un 97, un Morane-Saulnier 50, un AR 2, un FBA et un Spad 42.

 

  Photo-2-img519

 

Les principales caractéristiques du Potez VIII 1ère version.

 

 

 

Moteur                                    Potez 4A de 50 ch

 

Envergure                               7,90 m

 

Longueur                                 5,55 m

 

Vitesse maximum                  140 km/h

 

 

 

Caractéristiques du Potez VIII de série avec moteur Anzani

 

 

 

Moteur                                    Anzani 70/80 ch.

 

Envergure                                    8 m

 

Longueur                                 5,72 m

 

Hauteur                                   2,48 m

 

Surface portante                        20 m²

 

Masse à vide                          337 kg

 

Charge utile                            160 kg

 

Masse totale                           557 kg

 

Vitesse horizontale au sol       145 km/h

 

Plafond                                   4.000 m

 

 

 

Les principales caractéristiques du Potez VIII R

 

 

 

Moteur                                    Le Rhône de 80 ch

 

Envergure                                  8  m

 

Longueur :                                5,90 m

 

Hauteur                                     2,48 m

 

Surface portante                       20  m²

 

Masse à vide                           300 kg

 

Charge utile                             230 kg

 

Masse total                              530 kg

 

Durée de vol                            3 h

 

 

 

Moteur Potez 4A

 

 

 

Quatre cylindres (alésage 100 mm course 120 mm à réducteur, moteur tournant à 2.200 t/mn et l’hélice a 1.100 t/mn , consommation 12 litres a l’heure.

 

  Photo-7-img516

 

  Version VIII.R biplace côte à côte avec moteur le Rhône (Photo constructeur).

 

 

Liste des types de Potez VIII construits

 

     

Type

Moteur/Puissance

(1)

Utilisa

Date

1er vol

Immatr proto

Nombre Const.

Observations

VIII

           

 

VIII

           

 

VIII A

           

VIII H

           

 

 

VIII G

           

VIII R

           

 

VIII P

Potez A4 / 50 ch

           

 

Anzani 6AB / 70 ch

           

 

Anzani 6AN / 80ch

           

Anzani 6A3 / 80 ch

           

 

 

Anzani 6A3 / 80 ch

           

Anzani 6A3 / 80 ch

Rhône 9C / 80 ch

           

Anzani ou Le Rhône de 90 ch

           

 

 

Sans

Tour.

           

 

Tour.

           

 

Tour.

           

Tour.

           

 

 

Tour.

           

Tour.

           

 

Tour

 

 

 

Planeur de perfor.

09/04/1920

           

 

1920

           

 

1921

           

1922

           

 

 

6/1922

           

1921

           

 

1921

           

 

 

 

1921

F-ESCA

1

           

 

10 ou 100?

           

5

           

1

           

 

 

1

       

1

           

 

2

Proto à 4 roues baptisé « Zizi » exposé au salon de décembre 1919

12 inscrits chez Veritas dont 2 ex VIIIA 2 ou 4 roues

2 roues

           

Ex VIII équipé d’un flotteur appartenant à M. Astruc de Marseille

4 roues

Biplace côte à côte.

           

 

 

 

 

 

 

 

Utilisé à Combregrasse en 1922.

 

(1) Les moteurs Anzani seront absorbés en 1926 par Potez.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by aerophile - dans Avion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le bloc-note de aerophile
  • Le bloc-note de aerophile
  • : Receuil de reportages et de textes divers et variés sur l'histoire aéronautique pour faciliter la vie des chercheurs et des amateurs d'aviation.
  • Contact

Profil

  • aerophile
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.

Recherche