Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 16:50

Un avion franco-japonais le Nakajima 12 ou Ki-12.

 

© Jacques Moulin 2011.

 

Ki12-

 

Comme nous l’avons vu dans sa biographie, entre 1934 et 1936, l’ingénieur Roger Robert part pour le Japon pour travailler pour la société Nakajima. La Société des avions Bernard venait de déposé son bilan, et devait disparaître faute de moyen et surtout de commandes.

En effet dans les années 30, le Japon avait commencé à moderniser son armée de l'air, ce qui devait conduire à la construction d’un certain nombre de prototypes d’avions de combat plus ou moins intéressants. Comme dans tous les pays ou l’industrie aéronautique était une priorité beaucoup d'entre eux ne seront jamais lancé en série. Lors de ce séjour il participa a la construction d’un avion aujourd'hui encore presque inconnu, le chasseur de Nakajima le Ki-12.

Bien sur l’appareil à été bien peu étudié par la France, et nous avons du travailler sur des textes et des documents pris sur le net, et qui sont évidemment sujet a caution.

Les ingénieurs Tei Koyama  et Sinroku Inoué avait conçu et réalisé un prototype désigné Nakajima Ki-11, il semble bien que cet appareil soit la première réalisation de la firme, nous pouvons penser qu’elle répondait à un programme de l’aviation terrestre japonaise, mais Nakajima ne gagna pas le concours.

Le Japon à cette époque commanda un appareil Dewoitine D.510 J (J pour Japon), Nakajima décida de construire un avion pouvant rivaliser avec l’avion français, mais pour cela il fut décider d’engager des ingénieurs français qui devaient participer a l’amélioration d’un chasseur. Le premier fut Robert Roger (qui était un ingénieur de la société des avions Bernard qui venait de fermer) le deuxième serait Jean Beziaud (qui venait de quitter Dewoitine a son retour il fut embauché par Marcel Bloch ou il participa a l’étude du Bl 161 qui deviendra plus tard le du SO 161), ils étaient « surveillé » par un ingénieur japonais Mori Shigenobu.


Nakajima Ki12-640x228

 

Pendant toute l’étude les mesures de secret furent très strictes et Roger Robert m’a confié qu’il n’a jamais vu l’appareil ni en construction ni terminé, et quand le premier vol eut été effectué les deux ingénieurs furent remis dans un bateau direction la France…

L’étude fut lancé à partir du Ki-11 en conservant la queue du fuselage, l'équipe de conception a remplacé le moteur en étoile Nakajima Kotobuki 3, par un moteur français refroidi par liquide un Hispano-Suiza 12X crs.

Nakajima avait voulu tirer le meilleur parti des caractéristiques de vol de l'avion, et donc sa conception était nettement plus avancée que les autres appareils alors développés au Japon beaucoup de solutions nouvelles apparaissent pour la première fois sur un chasseur japonais. Notamment seront utilisés le train d'atterrissage escamotable hydraulique, aile avec volets à fente et un canon de 20 m/m tirant dans l’axe du moteur. Lors des essais en Octobre 1936 il semble que les résultats aient montré d’excellentes capacités de vol.

Mais la direction de l'aviation de l'Armée avait critiquée dès le début le projet Nakajima. Considérant le Ki-12 comme insuffisamment stables (par rapport aux normes japonaises), et aussi coûteux et compliqué. En outre, l'expérience des problèmes connus lors de l’utilisation de la licence délivrée à Kawasaki pour le BMW-VI, mirent des doutes sur la capacité de l'industrie japonaise de mettre au point et de fabriquer en série le moteur français...

Tout cela conduisit à l’arrêt rapide du développement du Ki-12. En conséquence, le constructeur décida de lancer un appareil plus simple ce fut le projet « type de RE» un appareil à train d'atterrissage fixe et équipé d’un moteur avec refroidissement par air. Le développement du type "R.E." abouti au chasseur Ki-27 (Nate) qui fut accepté pour le service, il fut construit à plus de 3000 exemplaires.


 

 Nakajima Ki12 3v-640x363

 

Caractéristiques du Ki-12

 

Envergure :                                         11 m

Longueur :                                          8,30 m

Hauteur :                                             3,45 m

Surface portante :                                17 m²

Mase à vide :                                   1400 kg

Masse totale :                                  1900 kg

 

Moteur :                                      1 Hispano-Suiza 12 Xcrs.

Vitesse Max :                                   480 km/h

Plafond :                                          10 500 m

Armement : 1 × 20 - mm Hispano-Suiza HS.404(1), 2 × 7,7 - mm de type 89.

 

(1)   L’utilisation du HS 404 est douteux à cette époque il n’était pas encore utilisé en France, c’était probablement le HS 9 qui fut envisagé.)

 

Liste des sources (non exhaustives) :

 

http://en.wikipedia.org/wiki/Nakajima_Ki-12,

http://ja.wikipedia.org/wiki/ 12_ (航空 ),

http://serwisy.ioh.pl/pokaz-dzial/samoloty/artykuly/nakajima-ki,

http://www.wunderwaffe.narod.ru/Magazine/AirWar/23/index.htm,

 

Etc, etc…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by aerophile - dans Avion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le bloc-note de aerophile
  • Le bloc-note de aerophile
  • : Receuil de reportages et de textes divers et variés sur l'histoire aéronautique pour faciliter la vie des chercheurs et des amateurs d'aviation.
  • Contact

Profil

  • aerophile
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.

Recherche