Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 13:56

CHAPITRE  IV


FLOTTES AÉRIENNES  ET GRANDES  UNITÉS

I. - HISTORIQUE ET GÉNÉRALITÉS.

II. - CONSTITUTION TYPE D'UNE FLOTTE AÉRIENNE.

III. - ORGANISMES RATTACHÉS A L'E.-M. D'UNE FLOTTE.

IV. - CORPS AÉRIENS.

V. - DIVISIONS AÉRIENNES.

VI. - FLIEGERFUHRER.

VII. - LES FLOTTES AÉRIENNES ET GRANDES UNITÉS AYANT RANG DE  FLOTTE AÉRIENNE. 

  File7557 WEB

Bf 110 sur un terrain boueux.

I — HISTORIQUE ET GÉNÉRALITÉS

 

En 1938, en même temps qu'il supprimait les Luftkreis, le Reich créait des organismes nouveaux chargés de l'instruction et de l'entraînement du personnel et de la préparation générale de la guerre aérienne. Ils comprenaient trois « Luftwaffen-gruppen » et trois « Luftwaff'enkommandos».

L'autorité des Luftwaffengruppen s'étendait sur le territoire du Reich (Prusse Orientale non comprise) de la manière suivante :

L.W.Gr. 1 (oriental) : P.C. à Berlin.

L.W.Gr. 2 (occidental) : P.C. à Brunswick.

L.W.Gr. 3 (méridional) : P.C. à Munich.

Les trois Luftwaffenkommandos avaient respectivement pour secteurs : la Prusse Orientale (P.C. à Kônigsberg), l'Autriche (P.C. à Vienne), la côte de la Baltique et de la mer du Nord. Ce dernier, qui portait le titre de Luftwaffenkommandosee, avait sous ses ordres les forces aéronavales (Seeluftstreitkräfte).

En 1939, les Luftwaffengruppen et un Luftwaffenkommandos devaient être dissous et remplacés par les Flottes aériennes (Luftflotten). Le Ier février, les Luftwaffengruppen 1, 2 et 3 furent dissous et remplacés par les Luftflotten 1, 2 et 3. Quelques mois plus tard, le Luftwagenkommando d'Autriche fut transformé en Luftflotte 4 : ce n'est que plus tard, au cours de la guerre, que le L.W.K. -de Prusse Orientale fut absorbé par la lre Flotte, le Luftwaffenkommandosee dissous, la plus grande partie des forces aéronavales de ce commandement passant à l'aviation auxiliaire de la Marine, le reste constituant le Xe Fliegerkorps. Une 5e Flotte aérienne fut constituée par Milch avec les forces aériennes allemandes du corps expéditionnaire de Norvège et de Danemark en mai 1940. Son P.C. s'installa à Oslo. Comme, au cours de la guerre, les Flottes aériennes sont établies en dehors du territoire du Reich dans le but de centraliser tous les moyens de défense anti-aérienne du territoire, le Commandement en chef du Centre (Oberbefehlshaber Mitte) fut créé en 1941. Au cours de l'été 1942, un nouveau commandement, indépendant des Flottes, a pris naissance sur le front de l'Est, le Luftwafïenkommando Ost, qui devint par la suite la 6e Flotte aérienne. Enfin, les deux secteurs du front méditerranéen se séparant et les opérations dans chacun d'eux se trouvant sous le commandement suprême d'un général d'aviation, commandant ou ancien commandant de Flotte, il fut décidé de séparer de la 2e Flotte l'aviation opérant dans les Balkans. Ainsi fut créé le commandement du Sud-Est. L'aviation allemande se partage donc actuellement entre huit grandes unités ayant rang de Flotte aérienne : aux six Flottes numérotées s'ajoutent les commandements du Centre et du S.-E.

La Flotte aérienne est la plus grande unité organique de la Luftwaffe. Le Commandant d'une Flotte est à la tête des formations aériennes stationnées dans son secteur. Par ailleurs, il a la haute main sur tous les services nécessaires à la vie de ces unités. Il porte d'ailleurs le titre de Commandant du t erritoire sur lequel opère la Luftflottc. Ainsi, à 'origine au moins :

— Le « Chef der Luftflotte 1 » est en même temps « Befehlshaber Ost » ;

— Le « Chef der Luftflotte 2 » est en même temps « Befehlshaber Nord » ;

— Le « Chef der Luftflotte 3 » est en même temps « Befehlshaber West » ;

— Le « Chef der Luftflotte 4 » est en même temps « Befehlshaber Süd-Ost ».

Aux charges purement militaires du commandement d'une flotte s'ajoutent des charges politiques, disciplinaires, techniques et administratives. Le Commandant d'une Flotte est ainsi qualifié pour régler directement, conformément aux ordres reçus des autorités centrales, tous les problèmes que peut poser l'activité des organismes aéronautiques de son unité.

Nous étudierons successivement :

— La constitution type d'une Flotte aérienne;

— Les organismes rattachés à l'Etat-Major d'une flotte, '

Cette étude très générale sera suivie de quelques précisions sur chaque flotte ou grande unité ayant rang de flotte.

II — CONSTITUTION TYPE D'UNE FLOTTE AÉRIENNE

 

La Flotte aérienne comprend :

— Un Etat-Major.

Un nombre variable d'unités volantes appartenant aux diverses spécialités et groupées en un petit nombre d'importants commandements : par exemple, de un à quatre « Fliegerkorps », un « Fliegerführer » et un «Jagdführer» (Jafü).

— Un nombre variable d'unités de D.C.A. qui peuvent constituer un ou plusieurs Flakkorps.

— Un groupe de reconnaissance lointaine.

Une escadrille météorologique.

A la tête d'une Luftflotte est placé un officier général qui a rang de Général d'Armée aérienne (Generaloberst) ou de Maréchal (Generalfeldmarschall). Il exerce son commandement sur les formations qui constituent la flotte et sur les services territoriaux situés sur sa zone de déploiement, exception faite cependant des écoles et centres d'expérience. Le Commandant de la Luftflottc dépend directement de l'Ob.d.L. Il a la haute main sur toutes les questions relatives à la fois à la préparation et à la conduite de la guerre aérienne et à la protection anti-aérienne du territoire qu'il contrôle. Il est assisté d'un chef d'Etat-Major qui, en général, a le grade de Colonel et donne des ordres aux commandants d'unités aériennes (Fliegerkorps, Fliegerfûhrer, Jagdfiihrer), aux commandants de Flakkorps et aux commandants de Luftgauen.

En temps de guerre, le Commandant de Flotte est aux Armées, soit dans une

 

localité prévue dès le temps de paix où il a installé son P.C., soit dans un secteur du front où il a établi un P.C. provisoire pour la conduite d'une opération. Dans le cas où la flotte quitte sa circonscription d'origine pour une zone d'opération éloignée, le Commandant continue à exercer son autorité sur les Luftgauen de sa circonscription par l'intermédiaire d'un Général qui le représente (Stellvertreter). C'était ainsi du moins jusqu'à la création du commandement en chef du centre qui a repris en main tous les Luftgauen compris dans les limites du « Grand Reich » (Protectorat de Bohême-Moravie et Gouvernement général de Pologne inclus).

Chaque Flotte aérienne s'étendant sur un pays occupé dispose d'une organisation territoriale identique à celle du territoire du Reich. Des Luffgauen ont été créés à 'cet effet.


File7574 WEB

 

III — ORGANISMES RATTACHÉS A L'ÉTAT-MAJOR D'UNE FLOTTE

 

Les organismes suivants dépendent directement du Commandant de Flotte :

a)  Conseil juridique (Rechtsberatung).

b)  Intendance générale.

c.)  Service supérieur de santé.

Les organismes suivants sont rattachés au Chef d'Etat-Major de la Flotte aérienne:

d) Bureau de commandement ou d'opérations (Führungsahteilung).

e) Commandement supérieur des transmissions (Höherer Nachriditcnführcr).

f)  Direction des services (Ober-Quartiermeister).

g) Ingénieur en chef (Chefingenieur).

h)  Service d'enquête sur les accidents (Unfalluntcrsuchungsstellc).

i) Service du personnel (Adjudantur).

j)  Service des recherches et études sur le matériel aérien.

k)  Service de l'entraînement.

a) Le Conseil juridique : peut être consulté par le commandement et exerce une surveillance sur les tribunaux de l'Armée de l'Air dans la zone contrôlée par la Flotte.

b) L'intendance générale : donne des instructions aux différents services traitant des subsistances, de l'administration et des biens de l'Armée de l'Air.

c) Service supérieur de santé : est dirigé par un médecin général qui porte le titre de Médecin de la Flotte aérienne (« Luftflottcnartz»), a sous ses ordres les chefs des services de santé des Fliegerkorps, des Flakkorps et des Luftgauen ainsi que le médecin du Q.G. et le chef du cabinet dentaire.'

d) Le bureau d'opérations : comprend dix sections dont les cinq premières constituent le bureau « emploi» (indicatif la/op).

1°) Emploi des forces aériennes offensives.

Cette section tient également à jour une carte des opérations.

2°) Défense anti-aérienne, D.C.A. et chasse.

3°) Défense passive.

Des ordres sont élaborés par cette section aux Luftgauen pour la protection des populations civiles. Des mesures sont prises concernant la protection anti-aérienne des troupes.

4°) Assistance en vol.

5°) Journal historique.

6°) Archives.

7°) Interprètes.

8°) Renseignements.

Cette section recueille les renseignements sur les états ennemis, sur les objectifs; elle est chargée, de la propagande. Elle est très étoffée et comprend les sous-sections suivantes :

Recherches des objectifs (trois sections) : Ic/1, Ic/2, Ic/3.

Photographie : Ic/Bild.

Presse et propagande : le/Presse.

Pays étrangers : Ic/A.O.

Nouvelles concernant l'activité aérienne.

Cartographie.

Police secrète.

Groupe de reconnaissance lointaine.

9°) Photographie (« Stnbsbildubteilung », abréviation: Stabia).

Exploitation du travail exécuté par les sections photos.

10°) Météorologie.

Cette section donne des ordres aux Luftgauen pour l'organisation du service météorologique. Elle dispose d'un observatoire et d'une escadrille de reconnaissance météorologique (« Wetterstaffel », abréviation : Westa).

e) Le Commandement supérieur des transmissions : comprend six « groupes » (gruppen) :

Groupe 1 (Einsatz, indicatif NVW/1) : service chargé de régler les questions relatives à. l'emploi et à l'organisation des transmissions.

Groupe 2 (Draht, indicatif NVW/2) : service téléphonique et télégraphique. Ce service est chargé de l'installation et de l'exploitation des lignes téléphoniques et télégraphiques, de donner des instructions pour l'emploi des unités de transmissions des Luftgauen; enfin, de tout ce qui concerne le matériel téléphonique et télégraphique.

Groupe 3 (Funk, indicatif NVW/3) : service radio. Le groupe 3 est responsable de l'installation et de l'exploitation des services de radiotélégraphie, de radiogoniométrie et d'écoutes qui assurent la sécurité du vol. C'est également ce service qui rédige les instructions pour les unités de radiotélégraphie des Luftgauen et qui s'occupe du matériel dont elles sont dotées.

Groupe 4 (Flugmelde, abréviation : Flum) : service de guet et d'alerte.

Groupe 5 : service d'assistance aérienne civile.

Groupe 6 (Horch-Verbindungskommando, abréviation : H/Verb.Kdo) : radio-interception.

Ce service répartit les unités de détection et définit leur tâche. Il centralise les renseignements fournis par ces unités en vue de leur exploitation stratégique, selon les instructions du service «Ic» de la Flotte. Du service de radio interception dépendra « Centrale Radio Météorologique » (Wetterfunkleitstelle, abréviation : W-Leit) qui est chargée de diriger les services radio et météo des grandes unités de la Flotte.

f) Direction des services (Ober-Quartiermeister) : la direction des services comprend cinq sections :

1°) Organisation (indicatif : Ib).

Cette section traite de ce qui concerne d'une façon générale le matériel, les aménagements à terre et le transport.

2°) Réapprovisionnement (indicatif : Ql) (distribution, utilisation et remplacement du matériel).

3°) Services à terre (indicatif : Q2).

Organisation des aéroports et des services à terre en général.

4°)  Transports (indicatif : Q3).

Ce service est chargé de donner aux Luftgauen des instructions concernant l'organisation générale des transports.

5°) Service automobile (abréviation : Stokraft).

g) Ingénieur en chef (abréviation : Chefing).

L'ingénieur en chef peut être consulté pour toutes les questions techniques concernant l'aviation. Il s'assure de la valeur technique des spécialistes des compagnies techniques et contrôle leur répartition et leur emploi. Il dispose d'une unité de travail rattachée à la Flotte,

h) Le service des enquêtes sur les accidents : est chargé de procéder auprès des unités aux recherches du matériel accidenté. II doit faire les enquêtes en vue d'établir les responsabilités.

i) Le service du personnel et secrétariat, comprend quatre sections :

1°) Personnel officiers. 5

2°) Personnel sous-officiers et troupe.

3°) Assistance morale et spirituelle.

Le Commandait du Q.G. Kommandant des Hauptquartiers (abréviation : Kdt d.H.Qu.) a dans ses attributions l'organisation des services du commandement de la Flotte, les services divers du secrétariat, le service principal du protocole. II a sous ses ordres :

Une compagnie de commandement.

— Une compagnie de garde.

— Une section administrative.

— Une section auto.

— Une compagnie autonome de vol.

j) Service des recherches et éludes .sur le matériel.

k) Direction de l'entrainement.

On manque de renseignements sur l'organisation de ces deux services.


File7555 WEBDes pilotes de Bf 109 en tenue d evol avec les gilets de sauvetage.


IV - CORPS AÉRIENS

 

De l'élude qui précède, il ressort qu'une Flotte aérienne peut comporter un nombre variable de grandes unités : corps aériens (Kliegerkorps) et divisions aériennes (Fliegerdivision). Si certaines Hottes, la 1ère et la 5èmepar exemple, ne comportent aucun corps aérien, d'autres, par contre, en comptent trois (la 4ème) ou quatre (la 3ème).

Le Corps aérien est une grande unité tactique comportant un nombre variable des formations aériennes, des formations de D.C.A., des formations de transmissions, des formations techniques et des détachements de troupes à terre. Parmi les treize corps aériens de la Luftwaffe, on peut distinguer :

— Des corps aériens du type normal, numérotés de I à VII

Des corps aériens spécialisés, numérotés de VIII à XIII.

La distinction, pour certaines de ces unités, semble avoir perdu de sa netteté, certains corps aériens spécialisés étant, semble-t-il devenus des corps du type normal, tandis que d'autres étaient dissous, peut-être dédoublés, ou transformés. Le corps aérien, comme la flotte aérienne, n'a pas une composition fixe. La liste qui suit donne une idée de la composition moyenne d'un corps aérien du type normal.

Composition d'un corps aérien du type normal.

1°) Formations aériennes :

— 1 escadrille de commandement (Stabstaffel).

— 1 groupe de reconnaissance lointaine.

— 1 escadrille de reconnaissance météorologique.

— 1 escadrille de liaison.

Un nombre variable d'escadres des différentes spécialités, par exemple :

— 1 ou 2 escadres de bombardement.

— 1 escadre de bombardement en piqué ou d'attaque ,au sol.

— 1 escadre de chasse lourde.

— 1 ou 2 escadres de chasse légère.

2°)  Formations de D.C.A. :

Ces formations constituent un Flakkorps qui est sous les ordres du commandant de la flotte et comprend :

— 2 à 4 régiments de D.C.A.

— Un certain nombre de groupes autonomes, lourds, légers ou mixtes.

— Quelques groupes de projecteurs.

3°) Formations de transmissions aériennes :

— 1 régiment de transmissions.

— 1 ou plusieurs groupes autonomes.

4°) Formations techniques :

1 régiment de génie de l'Air (Luftwaffenbauregiment).

— 1 ou plusieurs groupes autonomes de génie de l'Air (Luftwaffenbauableilung).

— 1 E.-M. d'ingénieurs de l'Air (Lufhvaffeningenieurstab).

5°) Détachements de troupes à terre :

Formant des compagnies de l'Air (Fliegerhorstkompanien).

Corps aériens spécialisés.

Les six corps aériens numérotés de VIII à XIII étaient, au moins au moment de leur constitution, des corps aériens spécialisés :

Le VIII Corps aérien (Stukakorps) était spécialisé dans le bombardement en piqué. Sa création fut l'œuvre de Richthofen qui fut un des premiers à préconiser l'appui massif de l'infanterie par l'aviation et à mettre au point les attaques combinées par les chars et l'aviation. Le Stukakorps fut envoyé en renfort sur le front russe dans tous les secteurs où une action d'envergure était projetée par le liant commandement. Le Stuka (Ju 87) étant devenu un appareil périmé, relégué au rang d'appareil de seconde ligne, les escadres de Stukas (Stukageschwader) devenant des escadres de chasseurs-bombardiers Fw 190, le Fliegerkorps VIII perdit peu à peu son caractère. Il semble bien qu'il soit devenu un corps normal, actuellement rattaché à la 4èmeFlotte. Il est commandé par le Général de Division aérienne Seidemann, succédant au Général Martin Fiebig, actuellement à la tête de l'Aviation allemande du Sud-Est.

Le IX' Corps aérien est spécialisé dans la pose des mines. Il se déploie le long des côtes du Nord de la France, de la Belgique et de la Hollande et est rattaché à la 3e Flotte. Il est commandé (1943) par le Général de C.A. Joachim Coeler.

Le Xe Corps aérien était spécialisé dans l'aviation maritime. En 1942 et 1943 il opérait dans  les  Balkans. Il a vraisemblablement été transforme en corps du type normal et est récemment venu renforcer la 3e Flotte.

Le XIe Corps aérien groupait les divisions de parachutistes au temps où ces formations d'élite, jetées derrière les lignes, préparaient le chemin des forces d'invasion. Le XIe Corps se couvrit de gloire en Crête mais il ne put que préparer l'assaut contre l'Angleterre. Depuis, les divisions de parachutistes ont beaucoup évolué. Elles sont devenues, à peu.de chose près, des divisions d'infanterie. Leur nombre ayant augmenté, le XIe Corps a vraisemblablement été dissous et remplacé par plusieurs corps « Para».

Le XIIe Corps aérien était spécialisé dans la chasse de nuit. Il comptait à l'origine trois escadres de chasse de nuit formant les noyaux de trois divisions, sous le commandement du Général Kammhuber. Il existe actuellement sept divisions de chasse de nuit qui s'étendent dans le Nord-Est de la France, en Belgique, en Hollande et en Allemagne. II est vraisemblable qu'il existe plusieurs corps spécialisés dans la chasse de nuit, en remplacement du XIIe Corps, comme il existe pour la chasse de jour comptant, elle aussi, sept divisions, un certain nombre de Jagdkorps.

Le XIIIe Corps aérien groupait, en 1942, les divisions terrestres de la Luftwaffe (Luftwaffenfelddivisionen). Ces divisions sont actuellement au nombre d'une vingtaine et le XIIIe Corps a été remplacé par quatre ou cinq Feldkorps.

File7560 WEBUn mécanicien d'un Junkers 52 avec un groupe électrogène .


 

V.— DIVISIONS AÉRIENNES (Fliegerdivisionen)

 

Les divisions aériennes sont de grandes unités tactiques dont la composition n'est pas fixe, mais qui sont moins importantes que les corps aériens. La division aérienne ne constitue pas une subdivision du corps aérien. Une ou deux divisions aériennes peuvent, parallèlement aux corps aériens, entrer dans la composition d'une flotte. Les Divisions aériennes 1 et 2 font ainsi partie de la 3e Flotte. Ces unités doivent être peu nombreuses (moins de sept). Une des plus célèbres est la 2e Division aérienne dont les avions torpilleurs, basés en Sardaigne puis dans le Midi de la France, attaquaient la navigation en Méditerranée.

En plus des Fliegerdivisionen, il existe des divisions aériennes spécialisées :

Divisions de chasse de jour; Divisions de chasse de nuit.

Les forces de la Luftwaffe combattant à terre constituent également des divisions (Luftwaffenfelddivisionen) qu'il ne faut pas confondre avec les divisions d'unités volantes puisqu'il s'agit d'unités d'infanterie restées sous le commandement de Gœring.

 

VI. — FLIEGERFUHRER

 

Selon les besoins des opérations, des groupements d'unités, de structure variable, sont constitués sous les ordres d'un commandant appelé Fliegerführer. Le groupement lui-même porte le nom de Fliegerführer suivi d'une indication relative au secteur où le groupement opère. Exemple : Fliegerführer Nord, Fliegerführer Atlantik, Fliegerführer Afrika...

Certains de ces groupements sont spécialisés dans la chasse. Ils portent alors le . nom de Jagdfliegerführer.

 

VII. — LES FLOTTES AÉRIENNES ET GRANDES UNITÉS AYANT RANG DE FLOTTE AÉRIENNE

 

a) La Luftflotte 1, avant les récentes avances russes, avait pour secteur d'opérations la région comprise entre Leningrad et le lac Ilmen. Elle était commandée par le Général d'Armée Alfred Keller, avait son Q.G. à Riga et son échelon lourd à Berlin. Le Général Keller a été remplacé, le 8 août 1943, par le Général de Corps aérien Kurt Pflugbeil qui commandait le IVe Corps aérien. Les Luftgauen I (Königsberg) et II (Posen) sont rattachés à la 1ère Flotte aérienne. La Luftflotte 1 disposait de deux grandes unités : le Fliegerkorps I et le Fliegerführer Ostsee, contrôlant l'aviation maritime des côtes de la Baltique.

En 1941, la 1ère Flotte aérienne fut renforcée par le VIIIe Corps aérien (Stukakorps), alors commandé par le Général von Richthofen. Puis, le secteur de déploiement de cette flotte perdant de son importance aux yeux du haut commandement, le VIIIe Corps aérien, puis le Ier furent enlevés à la 1ère Flotte. Celle-ci ne compte guère que 200 appareils de première ligne engagés sous le commandement du Fliegerführer Ostsee.

La Luftflotte 1 qui, après avoir participé à la campagne de Pologne, n'a cessé d'être engagée dans le secteur Nord de la Russie, compte parmi les flottes aériennes qui ont le moins voyagé.

 

b) La Luftflotte 2 est, au contraire, celle qui a subi le plus de déplacements depuis le début de la guerre. Lorsqu'elle fut créée sur le territoire métropolitain, elle s'étendait sur l'Allemagne du Nord et avait son Q.G. à Braunschweig (Brunswick). La 2ème Flotte aérienne a participé à la campagne de France, à la bataille d'Angleterre et au début de la campagne de Russie dans le secteur central. En janvier 1942, elle a fait mouvement dans le secteur méditerranéen où elle se trouve encore.

Kesselring était à la tête de la 2e Flotte aérienne avant de devenir Commandant en chef du théâtre d'opérations italien. Il a été remplacé par Richthofen.

Le Q.G. de la 2e Flotte dans le secteur méditerranéen a fait mouvement de Rome à Padoue.

Lorsque la 2e Flotte était forte de plus de mille avions opérant en Méditerranée, elle disposait de deux Corps aériens : le IIe et le Xe'. Le IIe Fliegerkorps, alors commandé par le Général de Division aérienne Bulowius, faisait partie de la 2e Flotte depuis janvier 1942. Il était constitué par l'aviation basée en Italie. Le Xe Fliegerkorps, d'abord spécialisé dans l'aviation maritime, opérait en Méditerranée orientale sous les ordres du Général Geissler. Les deux Corps aériens de la 2e Flotte ont fait mouvement au début de 1944 vers le front de l'Ouest. Ils sont maintenant rattachés à la 3e Flotte. Dès la fin de 1943 de sévères prélèvements ont été opérés sur les effectifs de la 2e Flotte au profit de la 3e Flotte et de la chasse chargée de défendre le territoire allemand. A la veille du débarquement de Normandie, les prélèvements opérés en Méditerranée devinrent plus importants. Les Etats-Majors des deux Corps aériens firent eux-mêmes mouvement vers le front de l'Ouest. Entre temps l'aviation stationnée dans les Balkans devenait indépendante de la 2e Flotte, formant le Commandement du Sud-Est, sous les ordres du Général Martin Fiebig.

Les Luftgauen suivants sont rattachés à la 2e Flotte :

Luftgau VI, Munster: Commandant (1941), Général de Corps aérien Huge Schmidt.

Luftgau XI, Hambourg : Commandant (1941), Général de Corps aérien Litdwig Wolff.

c) La Luftflotte 3, commandée par le Maréchal Sperrlé, a été constituée sur le territoire de l'Allemagne de l'Ouest, avec Munich comme Q.G. Cette flotte a participé à la campagne de France et supporta le poids de la campagne d'Angleterre. A la veille du débarquement de Normandie, sa zone de déploiement s'étendait des Pyrénées et des côtes méditerranéennes françaises à la Hollande. Sperrlé avait installé son Q.G. à Paris, au palais du Luxembourg. Le Fliegerkorps IX, spécialisé dans la pose des mines, est rattaché à la 3e Flotte et opère le long des côtes de Hollande, de Belgique et du Nord de la France. En juin 1944, le P.C. du IXe Corps aérien se trouvait à Lecoudrey-Meru.

Dans le Sud-Est de la France, jusqu'au début de juillet-1944, la 2e Division aérienne (P.C. à Montfrin en juin 1944) contrôlait deux escadres de torpilleurs (KG 26 et KG 77) auxquelles se joignaient certains groupes des 40e et 100e escadres, dotés de He 177 et De 217 utilisant les bombes radioguidées. A ces grandes unités sont venus se joindre les deux corps aériens qui opéraient dans le secteur méditerranéen et la le Division aérienne. En juin 1944, le Fliegerkorps II avait son Etat-Major à Compiègne, le Fliegerkorps X à Angers, et la le Division aérienne à Saint-Cloud. En mars 1941, le commandement allemand décida de rassembler sous un commandement unique toutes les unités coopérant à la lutte contre les convois en Atlantique. Ainsi fut créé le Fliegerführer Atlantik. Son P.C. était installé à Lorient et il travailla en collaboration avec le commandement de la Flotte sous-marine allemande. Un vaste réseau de transmissions était mis à sa disposition. Les unités opérant sous le commandement du Fliegerführer Atlantik comprenaient : une escadre de bombardement, la KG 40, d'abord dotée de FW 200 « Condors », puis de Hel77 utilisant les bombes radioguidées Hs 293 et 294; une escadrille de reconnaissance lointaine, un groupe de chasse lourde doté de Ju 88 C6 et des escadrilles de reconnaissance côtière.

File7562 WEBUn fuselage de Ju 52 M3  qui semble servir de poste de controle.

 

La chasse de la 3eFlotte a été puissamment renforcée au cours de la première moitié de 1944 et surtout à la suite du débarquement de Normandie. Deux divisions de chasse venues d'Allemagne, les Jagdivisionen 4 et 5 sont venues en renfort, installant leur P.C. respectivement à Metz et à Jouy-en-Josas. Elles constituèrent vraisemblablement le IIe Jagdkorps, dont l'E.M. est à Chantilly. Indépendamment de ces divisions, la chasse basée en France opérait sous le contrôle de quatre Jagdfliegerführer (Jafü) :

Jafü West, P.C.. à Savigné-Lévèque, en juin 1944. Jafü Bretagne, P.C., à Rennes, en juin 1944.

Jafü n° 4, P.C., à Saint-Pol Bryas, en juin 1944.

Jafü Sud à La Perthc, en juin 1944.

Les services de la 3° Flotte sont rattachés aux régions aériennes suivantes :

Luftgau VII, Munich, Commandant (1942), Général de C.A., Emil Zenetti.

Luftgau XII, Wiesbaden, Commandant (1942), Général de C.A., Dr. Eugen Weissmann.

Luftgau XIII, Nuremberg, Commandant (juin 1943), Général de C.A., Friedrich Heilingbrünner.

Luftgau Holland, Amsterdam, Commandant (1942), Général de C.A., Friedrich Christiansen.

Luftgau Belgien, Nord-Frankreich, Bruxelles, Commandant (1942), Général Wilhelm.

Luftgau Frankreich, Etampes (juin 1944), Commandant (1942), Général de brigade Kuen.        '

 

Activité.

 

Lorsque la Luftwaffe dut abandonner ses raids contre l'Angleterre, les bombardiers et les torpilleurs de la 3e Flotte aérienne consacrèrent la plus grande partie de leur activité à la lutte contre la navigation. Les He 177 de la KG. 40 ont remplacé les Fw. 200 dans l'attaque des convois alliés de l'Atlantique. En Méditerranée, l'escadre de torpillage KG. 26 fut renforcée par la KG. 77 dont les équipages s'étaient entraînés à la lutte contre la navigation sur les rives de la Baltique. Enfin les Do 217, puis les He 177 de la KG. 100 se sont rendus célèbres par l'utilisation contre les navires alliés des bombes radioguidées. Ces appareils, basés dans le Sud-Ouest opéraient à la fois en Atlantique et en Méditerranée. Les bombardiers des KG. 30, 54, 66 ont repris à la fin de janvier leurs raids sur Londres avec des effectifs réduits, en même temps qu'ils s'entraînaient à la lutte contre l'invasion redoutée du commandement allemand. Après le débarquement de Normandie, toutes les forces disponibles, y compris les torpilleurs basés dans le Midi méditerranéen, ont participé à la lutte contre la flotte d'invasion et contre les forces débarquées. Leur action a été peu efficace, les Alliés ayant dans les airs une supériorité écrasante.

La chasse de la 3e Flotte avait pour mission principale, avant le débarquement, de s'opposer aux bombardiers alliés attaquant les objectifs allemands. Depuis le 6 juin elle a été notablement renforcée par l'arrivée de nombreux groupes venant d'Allemagne et qui se sont concentrés au Sud de la Normandie, dans la région .parisienne et aux environs de Laon. En dépit de cette concentration, les 700 chasseurs monomoteurs rassemblés représentant à peu près la moitié des forces disponibles, la chasse allemande a été complètement submergée.

 

La Luftflotte 4.

 

La 4° Flotte aérienne opère sur la partie Sud du front russe. Trois Corps aériens lui sont rattachés : le IVe, le VIIIe et le 1er.

Le IVe Corps fut pendant longtemps sous les ordres du Général Pflugbeil qui commande actuellement la première Flotte.

Le VIIIe, après avoir été spécialisé dans le bombardement en piqué, est vraisemblablement devenu un Corps normal. Le VIIIe Corps a été créé par von Richthofen. Lorsque ce dernier prit le commandement de la 4e Flotte, le Général Martin Fiebig leur succéda jusqu'au jour où il fut chargé du commandement du Sud-Est. Le VIIIe Corps passa alors sous les ordres du Général de division aérienne Seidemann.

Le 1er Corps aérien était d'abord rattaché à la lre Flotte. Il était commandé, en juin 1943, par le Général de division aérienne Angerstein succédant au Général de G.A. Helmuth Forster.

Le V° Corps aérien était d'abord rattaché à la 4e Flotte. Il est devenu indépendant et a pris rang de flotte aérienne.

Enfin, jusqu'en août 1944, le Corps aérien roumain, sous les ordres du Général de brigade Emanuel Jonescu, était rattaché à la 4e Flotte.

La 4e Flotte aérienne fut d'abord commandée par le Général Lorh. Lorsque celui-ci devint commandant en chef dans les Balkans il fut remplacé au commandement de la flotte par Richtofen. Celui-ci prit en Juin 1943 le commandement de la 23 Flotte ; le Général d'Armée Aérienne Otto Desslech lui succéda comme commandant de la 4° Flotte.

Les Luftgauen VIII et Sud Russie sont rattachés à la 4e Flotte. Le Luftgau VIII a son P.C. à Breslau. Il était commandé en 1943 par le Général de G.A. Walter Somme.

La Luftflotte 4 est une des plus importantes de la Luftwaffe. Elle a participé à la campagne de Pologne, à la prise de la Crête. Depuis l'ouverture de la campagne de Russie, elle est engagée sans arrêt dans le secteur sud du front où elle a pris une part importante à toutes les percées allemandes et à la prise de Sébastopol. C'est encore elle qui a assuré le ravitaillement de Stalingrad. Depuis Stalingrad, elle a protégé la retraite de la Wehrmacht. La Luftflotte 4 disposerait de 1.000 à 1.100 appareils de première ligne.

La Luftflotte 5 est une des plus petites flottes aériennes. Elle a pris naissance en juin 1940 après la campagne de Norvège. Elle englobait alors le Danemark et la Norvège. Après la déclaration de guerre à la Russie elle s'est étendue à la Finlande. Elle était, commandée, depuis sa création jusqu'à la fin de 1943 par le Général d'armée Hans Jurgen Stumpf dont le P.C. était à Oslo. Le Général de C.A. Joseph Kammhuber lui a succédé.

La 5e Flotte ne compte pas de Corps aériens. Les opérations sont dirigées par trois Fliegerführer :

Le Fliegerführer Nord Ouest qui est chargé des opérations dans la Mer du Nord, de la latitude 540 à celle des Iles Lofoten et, à l'ouest, jusqu'en Islande. Ce commandement était exercé en 1943 par le Colonel Bush.

Le Fliegerführer Lofoten est chargé des opérations au Nord des Iles Lofoten jusqu'à la banquise. En 1942 et 1943, ce commandement était confié au Général de brigade aérienne Roth.

Le Fliegerführer Nord-Est dirige les opérations en Finlande et en Norvège du Nord.

Les services de la 5° Flotte dépendent de deux Luftgauen. Le Luftgau Norvège (E.M. à Oslo) et le Luftgau Finlande (E.M. à Rovonienni).

La 5° Flotte a connu ses beaux jours au moment des attaques contre les convois alliés se dirigeant sur Mourmansk. Maintenant cette flotte ne compte plus qu'un petit nombre d'appareils appartenant surtout à l'aviation côtière et aux unités de reconnaissance.

 

La Luftflotte 6.

C'est la plus jeune des flottes aériennes. Elle provient de la transformation du V e Fliegerkorps qui, à l'origine, appartenait à la 4e Flotte aérienne. En juin 1942 ce Corps aérien avait été promu au rang de flotte aérienne et était devenu un commandement indépendant appelé « Commandement de l'Est ». Ce n'est qu'en mai 1943 qu'il devint la 6° Flotte aérienne. Elle est commandée par le Général d'Armée aérienne Ritter Von Greim. Ses services sont rattachés au Luftgau Moscou dont le Q.G. était à Smolensk. Elle opère sur le secteur central du front de l'Est.

Cette flotte dispose environ de 450 appareils de guerre.

 

Le Commandement du Sud-Est.

Ce Commandement qui a rang de flotte aérienne est chargé des opérations en Grèce, en Yougoslavie, eu Roumanie et en Bulgarie. Il est commandé par le Général de Corps aérien Martin Fiebig (Q.G. à Sofia) qui opère sous les ordres directs du Général d'armée Löhr, l'ancien Commandant en chef de l'aviation autrichienne qui, à l'instar de Kesselring, commande en chef l'armée de terre dans ce secteur.

Lors des opérations en Méditerranée le commandement allemand avait affecté le Xe Corps aérien qui était le Corps spécialisé de l'aviation maritime à ce secteur; il faisait alors partie de la 2e Flotte aérienne, niais en mai 1943 les deux théâtres d'opérations Italie et Balkans devenant distincts le commandement allemand a jugé nécessaire de donner une certaine autonomie aux forces opérant dans les Balkans. Il a ainsi créé le commandement du S.E., grande unité ayant rang de flotte aérienne. Quelques mois avant le débarquement de Normandie, le Reich envoya le XeCorps en France pour renforcer la 3e Flotte. Deux Luftgauen lui ont été rattachés : le Luftgau Sud-Est (Q.G. à Athènes) et le Luftgau Crête (Q.G. à la Canée). Les opérations sont menées par deux Fliegerführer : le Fliegerführer Croatie et le Fliegerführer Crête et par un Etat-Major chargé des opérations en Grèce et dans la Mer Egée.

A la suite des prélèvements sévères opérés dans le secteur balkanique au profit du front de l'Ouest et pour renforcer la défense de l’Allemagne il ne reste plus dans les Balkans qu'une arrière-garde qui ne compte guère plus de 150 appareils de 1ère ligne, auxquels il faut ajouter un certain nombre d'appareils plus ou moins périmés tels que les Ju 87 qui sont encore utilisés dans la lutte contre les partisans.

 

Le Commandement en Chef du Centre.

La création de ce commandement a été rendue nécessaire par la nécessité de grouper les moyens de défense aérienne de la métropole contre l'offensive aérienne alliée et par la nécessité de centraliser les Luftgau de la métropole qui, à l'origine, dépendaient des différentes flottes aériennes. C'est le Général d'armée Weisse, un spécialiste de la D.C.A. qui a d'abord été chargé de ce commandement. Il a récemment été remplacé par le Général Stumf. Il contrôle an moins pour ce qui concerne la défense aérienne, les Luftgaus III (Berlin), IV (Dresde),.VI (Munster), VII (Munich), XI (Hambourg), XII (Wiesbaden), XIII (Nuremberg) et XVII (Vienne). Ce commandement a rang de flotte aérienne et comprend 7 divisions de chasse de jour dont les zones d'opérations sont les suivantes :

1°) Division de chasse : Sud-Ouest de la Hollande, Belgique et Ruhr.

2°) Division de chasse : N, de la Hollande, N.O. de l'Allemagne, Danemark.

3°) Division de chasse : Alsace, Allemagne du Sud-Ouest.

4°) Division de chasse : Allemagne du Nord, Kiel, Kassel, Dresde.

5°) Division de chasse : Moravie, et Bohème.

6°) Division de chasse : Croatie, Allemagne du Sud-Est.

7°) Division de chasse : Allemagne du Nord-Est.

 

Ces 7 divisions disposent environ de 1.000 chasseurs.

La chasse de nuit est également partagée en 7 divisions qui s'étendent sur le Reich, la Belgique, la Hollande et la France du N.-E. Il est probable que les divisions de chasse de nuit stationnées en Allemagne sont rattachées au commandement en chef du Centre.


Partager cet article

Repost 0
Published by aerophile - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le bloc-note de aerophile
  • Le bloc-note de aerophile
  • : Receuil de reportages et de textes divers et variés sur l'histoire aéronautique pour faciliter la vie des chercheurs et des amateurs d'aviation.
  • Contact

Profil

  • aerophile
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.

Recherche