Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 13:57

CHAPITRE III

**************

ORGANISATION TERRITORIALE

 

  

***********************

  

 

I. - GÉNÉRALITÉS.

 

 

II. - LES SUBDIVISIONS AÉRIENNES (LUFTGAUEN)

 

*************************

 

I. — GÉNÉRALITÉS — HISTORIQUE

 

Le territoire du Reich fut d'abord divisé en sept régions aériennes ou réseaux aériens (Luftkreis). Le tableau suivant indique les emplacements de leurs P.C. :

Luftkreis I :      Kônigsberg

Luftkreis II :     Berlin

Luftkreis III :    Dresdcn (Dresde).

Luftkreis IV :   Munster

Luftkreis V :     Mùnchen (Munich)

Luftkreis VI :   Kiel

Luftkreis VII:   Braunschweig (Brunswick)

 

Chaque commandant de Luftkreis avait sous sa dépendance les commandements suivants :

Commandant des unités volantes;

Commandant des unités de D.C.A.;

Commandant des écoles et centres de recrutement;

Commandant des services de région aérienne;

Commandant des subdivisions aériennes (Luftgauen) dépendantes.

A chaque région (Luftkreis), étaient une à trois subdivisions (Luftgauen).

 

Les subdivisions aériennes (Luftgauen)  avaient pour principales charges :

1° En temps de  paix :

— L'organisation territoriale du réseau de repérage et d'alerte;

— Le contrôle de la protection anti-aérienne civile et industrielle;

— La D.C.A.;

— Les transmissions;

— La mise en service et la surveillance des terrains d'opérations.

2°  En temps de guerre :

— La défense anti-aérienne du territoire.

Le commandant de Luftgau est responsable :

a) De la défense passive;

b) De l'emploi de la D.C.A. territoriale;

c) De l'utilisation de la chasse affectée à la défense du territoire.

— La justice militaire.

Du Luftgau dépend le tribunal militaire de l'aviation.

Dans le courant de 1938, les Luftkreis furent supprimés. Les Luftgauen furent chargés de toutes les questions territoriales, héritant, dans leur secteur plus restreint, des fonctions des Luftkreis. En même temps, des organismes nouveaux furent créés, chargés en particulier de l'instruction et de l'entraînement du personnel, de la prépa­ration générale de la guerre aérienne : les « Luftwaffengruppen » au nombre de trois et les « Luftwaffenkommandos » au nombre de trois également.

En 1939, les Luftwaffengruppen furent dissous et remplacés par les Flottes aériennes. La flotte aérienne est à la fois un commandement tactique et territorial. Le commandant d'une flotte a la haute main sur l'organisation du territoire dans la zone où se déploient les unités qu'il contrôle. Les commandants des Luftgauen de cette zone sont donc sous ses ordres. Il conserve également un lien avec les Luftgauen du territoire constituant la circonscription initiale de la flotte.

 

II. — LES SUBDIVISIONS AÉRIENNES (LUFTGAUEN)

 

La création des flottes aériennes a considérablement accru l'importance des Luftgauen, certaines charges relevant primitivement des Luftkreis leur ayant été attribuées. Les commandants des Luftgauen situés dans la circonscription d'une flotte sont sous les ordres directs du commandant de cette flotte. Les mouvements opérés par les flottes peuvent amener plusieurs flottes sur le territoire d'un même Luftgau. Celui-ci reste rattaché à la flotte qui le contrôlait initialement.

 

1°)  Attributions des commandants de Luftgau.

 

Le commandant de Luftgau qui, en principe, est un général de la Flak ayant rang de général de C.A., est directement responsable, sur le territoire de la subdivision :

— De l'organisation à terre des unités aériennes;

— De l'organisation de la défense aérienne des objectifs militaires et civils;

— De l'emploi des unités de chasse pour la défense des villes ou des régions industrielles;

— De l'emploi de la D.C.A. et des unités qui en dépendent;

— Du ravitaillement en vivres, munitions et matériels divers des unités aériennes et des unités de D.C.A.

Le commandant de Luftgau est secondé par un chef d'Etat-Major qui est en général colonel ou lieutenant-colonel d'Etat-Major navigant.

Pour l'organisation de la défense aérienne, le territoire du Luftgau est divisé en un nombre variable de secteurs dont les commandants portent le titre de « Luftwertei-digungskommando » (commandant de la défense aérienne du secteur de l'Air) et ont, eu principe, rang de général de division. La défense anti-aérienne des villes d'impor­tance particulière : Berlin, Hambourg, Dusscldorf, est confiée à un commandement ayant l'importance d'un secteur de l'air et rattaché également au Luftgau.

 

2°) Liste des Luftgauen.

a) Sur le territoire du Reich, le Protectorat de Bohème-Moravie et le Gouvernement Général de Pologne :

Luftgaukommando       I :                     Koenigsberg

Luftgaukommando       II :                   Posen

Luftgaukommando       III :                  Berlin

Luftgaukommando       IV :                  Dresden (Dresde)

Luftgaukommando       VI :                  Münster

Luftgaukommando       VII :                 Mûnchen (Munich)

Luftgaukommando       VIII :               Breslau

Luftgaukommando       XI :                  Hannover (Hanovre)

Luftgaukommando       XII :                 Wiesbaden

Luftgaukommando       XIII :               Nuremberg

Luftgaukommando       XVII :  Wien (Vienne)

 

Le protectorat de Bohème et de Moravie est régi par le XVIIe Luftgau, le Gouvernement général de Pologne par le IIe et en partie par le VIIIe.

b) Dans les territoires occupés, en dehors du Protectorat de Bohème-Moravie et du Gouvernement général de Pologne, il a été créé, à partir de décembre 1942, des Luftgauen sans numéro.

Luftgau            Norwege : Oslo (Luftflotte 5) ;

Luftgau            Finlande : Rovaniomi (Luftflotte 5) ;

Luftgau            Hollande : Amsterdam ou La Haye (Luftflotte 3) ;

Luftgau            Belgique et Nord de la France : Bruxelles (Luflflotte 3) ;

Luftgau            France de l'Ouest dont l'E-M. était à Etampes (Luftflotte 3) ;

Luftgau            Sud dont l'E.-M. était à Rome (Luftflotte 2) ;

Luftgau            Sud-Est : Athènes (Commandement du S.-E.) ;

Luftgau            Crête : La Canée

Luftgau            Russie du Sud dont l'E.-M. était à Dniepopetrovsk après avoir été à Kiev (Luftflotte 4);

Karkov et Rostov ont également servi de siège à des E.-M. de Luftgauen pour le secteur méridional du front russe;

Luftgau            « Moscou » dont l'E.-M. était à Smolensk (Luftflotte 4).

 

3°) Organisation de l’E.-M. d'un Luftgau.

 

L'Etat-Major d'un Luftgau comprend les organismes suivants :

a) Le service de la justice militaire;

b) Intendance;

c) Service de santé;

d) Section de commandement ou d'opération (Fûhrungsgruppe) ;

e) Service des transmissions (Nachrichtenfùhrer) ;

f) Direction des Services (Quartiermeister) ;

g) Ingénieur en chef (Chefingenieur) ;

h) Service du personnel (Adjudantur) ;

i) Service du trafic aérien civil et du vol à voile;

j) Commandement des transports.

a) Service de la justice militaire :

Ce service s'occupe de toutes les questions de justice militaire sur le territoire du Luftgau; il comprend un tribunal militaire.

b) Intendance :

L'intendance est dirigée par un fonctionnaire civil ayant rang de général. Elle comprend trois services :

— Services Administratifs A;

— Services Administratifs B;

— Service des Domaines.

— Les services administratifs A comprennent sept sections :

1ère section : Bilan financier;

2e section : Administration du personnel militaire;

3e section : Administration du personnel civil;

4e section : Vivres;

5e section : Habillement;

6e section : Organisation des services;

7e section : Litiges.

— Les services administratifs B comprennent cinq sections :

1ère section : Ameublement;

2e et 3e section : Logements;

4e section : Gestion des terrains;

5e section : Installations mobiles.

 

— Le service des Domaines se subdivise en cinq sections :

1ère section : Services généraux et territoriaux;

2e section : Constructions;

3e section : Ingénieurs;

4e section : Installations de machines industrielles;

5e section : Géodésie.

c) Service de Santé.

II règle les questions suivantes :

1° Questions du personnel (officiers, sous-officiers, troupe);

2° Organisation du service de santé : liaison avec les autres forces armées;

3° Assistance médicale, soins, etc...;

4° Questions chimico-pharmaceutiques.

d) Section de Commandement ou d'opération (Fürungsgruppe).

Du chef de cette section dépendent les services suivants :

1°) Emploi des forces aériennes. — Dispositions concernant l'emploi et l'entraînement des unités de chasse réparties pour la défense de la zone. Dispositions générales relatives à l'instruction militaire du personnel de la « Fliegertruppe », soit des recrues dans les « Fliegerausbildung regimente » (centre de recrutement et d'instruction du personnel de l'aviation), soit du personnel ancien déjà en service dans les unités réparties dans la circonscription du « Luftgau ».

2°) Emploi des forces de D.C.A. — Dispositions concernant l'emploi et l'entraînement des unités d'artillerie de D.C.A. Dispositions générales relatives à l'instruction militaire du personnel de la « Flakartillerie », recrues ou anciens.

3°) Protection anti-aérienne civile. — Surveillance de l'exécution des dispositions concernant l'organisation, l'instruction et l'équipement du personnel du service civil de protection anti-aérienne. Dispositions de caractère technique nécessaires à la protection civile et de la troupe.

Sous la dépendance de ce service se trouve le « Service des objectifs à protéger » qui possède des renseignements particuliers sur chaque objectif militaire ou industriel à protéger.

4°) Fortifications. — Etude des projets de construction de positions de batteries de D.C.A. mobiles ou permanents; surveillance de ces constructions.

5°) Renseignements. — Recueille et étudie les renseignements sur l'ennemi. Lutte contre l'espionnage et le sabotage; propagande.

6°) Photographie.

7°) Météorologie.

e) Service des transmissions, constitué par :

1°) Service « Fil ». — Installation et gestion des communications téléphoniques et télégraphiques. Matériel. Organisation et emploi. Dispositions pour l'instruction professionnelle du personnel en service dans les unités réparties sur le territoire du « Luftgau ».

2°) Service radio. — Installation et gestion du service radio et de sécurité en vol. Matériel RT. Organisation et emploi. Dispositions pour l'instruction du personnel comme pour le service précédent.

3°) Service de repérage. — Organisation et emploi. Personnel.

Le Commandant du service des transmissions a sous ses ordres directs un « Régiment de transmissions » constitué par trois bataillons :

— Bataillon de téléphonistes qui comprend un nombre variable de compagnies pour la construction des lignes permanentes ou volantes. Chaque compagnie est composée de: un peloton «Exercice téléphonique», trois pelotons «Constructions», un peloton « Centraux ».

— Bataillon RT.

— Bataillon réseau de repérage dont fait partie une compagnie radio motorisée.

Du commandement du service des télécommunications dépend en outre un nombre variable, selon le nombre des aéroports, de batteries motorisées de projecteurs lourds de 150 centimètres pour l'éclairage des terrains d'atterrissage.

Le « Nachrichtenfuhrer » donne aussi les directives concernant l'instruction militaire de la « Nachrichtentruppe ».

f) Direction des services.

Dans chaque « Luftgau » existe une organisation appelée « Luftzeuggruppe » (groupe des services du matériel aéronautique). Celle-ci est commandée par un général de brigade ou de division aérienne qui prend le nom de Quartiermeister (surintendant aux services du matériel aéronautique).

Pour l'exercice de ses fonctions, le « Quartiermeister » est assisté d'un chef d'Etat-Major qui a généralement le grade de Colonel d'Etat-Major.

Le « Luftzeugruppe » est constitué par les cinq services suivants :

1°) Secrétariat.

2°) Appareils et moteurs.

3°) Matériel aéroportuaire — carburants et lubrifiant — avion.

4°) Armement et munitions (y compris la Flak).

5°) Véhicules, carburants et lubrifiants auto.

Tous ces services sont dirigés par des officiers supérieurs ou des fonctionnaires civils de grade équivalent. Le deuxième service est particulièrement développé et important.

 

Dépendent, en outre, du « Quartiermeister » :

— Les magasins principaux de zone (Luftpark) et les magasins secondaires de zone, pour le matériel spécial aéronautique de l'artillerie et des transmissions.

— Les dépôts principaux et secondaires de munitions (Lufthauptmunitionsanstalt et Luftmunitionsanstalt).

— Les dépôts principaux de carburants et de lubrifiants.

— Le Commandant des colonnes motorisées de ravitaillement qui dispose : De colonnes motorisées pour le ravitaillement en carburant; De colonnes motorisées pour le ravitaillement en bombes et munitions; De colonnes motorisées pour le ravitaillement en matériel divers;

De compagnies d'hommes de peine pour les opérations de chargement et de déchargement.

g) L'ingénieur en chef.

C'est lui que le commandant et le chef d'Etat-Major du « Luftgau » consultent sur les questions techniques.

h) Service du personnel (Adjudantur). Il comprend trois services :

1°)  Officiers. Service subdivisé en trois sections :

lre section. — Personnel navigant.

2e section. — Artillerie de D.C.A. et transmissions.

3e section. — Officiers de réserve et en affectation spéciale.

2°) Sous-officiers et troupe, constitué par trois sections :

lre section. — Questions générales.

2e section. — Volontaires et réserve.

3e section. — Mouvements du P.N. Indemnités de vol.

i) Service du trafic aérien civil et du vol à voile.

Ce service s'occupe :

a) De la surveillance de la navigation aérienne civile.

b) Organisation et développement du vol à voile, entraînement,

j) Commandement des transports.

C'est un organe de liaison et de collaboration qui dépend à la fois du chef d'Etat-Major du « Luftgau » et de la « Délégation des Transports» de l'Armée de terre.

C'est de cet organisme que dépend l'intendant pour ce qui concerne les transports ferroviaires. Le Commissaire présente à la « Délégation des Transports » les demandes du « Luftgau » et cherche à concilier les intérêts de l'aviation avec les disponibilités effectives de la délégation elle-même.

— Surveillance des aéroports et de leurs installations, des terrains privés, des terrains pour le vol à voile et des terrains de secours.

— Surveillance de l'activité locale des sociétés aériennes.

— Surveillance des manifestations aériennes et vols de propagande.

— Surveillance des associations sportives aéronautiques.

— Développement des examens d'aptitude au pilotage.

— Enquête sur les incidents de vol (si ces enquêtes ne sont pas déjà faites par d'autres autorités).

Le personnel en service dans les « Luftämter » et les organisations périphériques est pris surtout dans le corps du R.L.A.D. ou « Reichsluftaufsichtsdîenst » (service de surveillance aérienne du Reich) qui fait partie de la « Fliegertruppe ». Le personnel du R.L.A.D. est composé de fonctionnaires militaires (Wehrmacht beamten) appartenant aux administrations militaires et d'aviateurs de la « Fliegertruppe».

Il existe trois grades chez les fonctionnaires.

Obermeister : équivalent au grade de lieutenant.  

Meister : équivalent au grade de sous-lieutenant.

Untermeister : équivalent au grade d'adjudant.

L'instruction technique du personnel du R.L.A.D. est donnée dans une école spéciale de Berlin.

Les sièges des seize « Luftàmter » sont à Kœnisberg, Berlin, Stettin, Hambourg, Hanovre, Dresde, Breslau, Munich, Cologne, Wiesbaden, Munich, Nuremberg, Stuttgart, Vienne, Prague et Posen.

On suppose qu'en temps de guerre, toute l'organisation des « Luftàmter » est placée sous l'autorité des Luftgauen.

Partager cet article

Repost 0
Published by aerophile - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le bloc-note de aerophile
  • Le bloc-note de aerophile
  • : Receuil de reportages et de textes divers et variés sur l'histoire aéronautique pour faciliter la vie des chercheurs et des amateurs d'aviation.
  • Contact

Profil

  • aerophile
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.

Recherche