Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 13:59

CHAPITRE II

PERSONNEL

*****************

I. - GÉNÉRALITÉS.

II. - ÉVOLUTION DU  PROBLÈME DU  PERSONNEL AU COURS DE LA GUERRE.

III. - FORMATION  DES PILOTES.

IV. - RECRUTEMENT  DES OFFICIERS  DE  RÉSERVE.

V. - UNIFORMES.

VI. - HIÉRARCHIE ET GRADES.


I. — GÉNÉRALITÉS

 

Dans la Luftwaffe il faut distinguer plusieurs catégories de personnel qui sont :

— Le personnel de l'Armée de l'Air proprement dit, qui entre dans la composition des unités aériennes et des unités terrestres de la Luftwaffe.

— Le personnel des Transmissions de l'Air, qui constitue un corps indépendant dans l'Armée de l'Air.

— Le personnel de la Flak.

— Le Corps des Ingénieurs de l'Aéronautique.

— Le personnel du Service de Santé de l'Air.

Les effectifs de l'Armée de l'Air proprement dite sont évalués à environ 800.000 hommes et ceux de la Flak à 1.500.000 hommes.

File7568 WEBUn pilote de Bf 109 en tenue d evol (?)
 

II. — ÉVOLUTION DU PROBLÈME DU PERSONNEL AU COURS DE LA GUERRE.

 

1ère) Premières années de guerre de 1939-1941.

La Luftwaffe disposa, jusqu'en 1941, d’un personnel de qualité remarquable à la fois par son mordant et par sa valeur technique. L'effectif très élevé des écoles et centres d’instruction lui permit de combler ses pertes sans qu'un fléchissement quelconque puisse être observé dans la valeur du personnel spécialiste.

2ème) En 1942, d'importants remaniements de personnel ont été opérés dans la Luftwaffe.

a) Des compressions ont été imposées dans certaines formations et certains services :

— Les effectifs théoriques en personnel à terre subirent une réduction de 10 % dans les unités, des Ière , IIIère et IVème flottes aériennes.

— Les effectifs des unités sanitaires furent réduits de 15 %.

b)  Une meilleure répartition des hommes des différentes classes fut obtenue :

— Par l'interdiction d'utiliser dans les services de la Luftwaffe des hommes de moins de 35 ans.

— Par le prélèvement, dans les unités engagées, des hommes de plus de 35 ans et l'affectation de certains d'entre eux dans les services.

c) Création de grandes imités terrestres. — Avec le personnel ainsi récupéré le Haut Commandement mit sur pied de grandes unités terrestres (divisions) mises à la disposition de l'Armée de Terre. Cette mesure provoqua un mouvement d'effectifs intéressant plus de 100.000 hommes.

Un tel mouvement ne put s'accomplir sans difficultés. Certains régiments à l'effectif de 7.000 hommes ne comportaient encore que 20 officiers en octobre 1942. Mais, le seul fait que la Luftwaffe ait été capable d'entreprendre la création d'unités aussi importantes, met bien en évidence les grandes ressources dont elle disposait encore en personnel avant l'hiver 1942.

Cette organisation présente l'énorme avantage de permettre à la Luftwaffe de sélectionner son personnel et d'envoyer les indésirables dans les régiments d'infanterie de l'Air.

3°)  Les difficultés commencèrent avec l'hiver 1942.

Les pertes subies par la Luftwaffe, tant sur le front nord-africain que sur le front de l'Est dépassèrent toutes les prévisions. En Afrique comme à Stalingrad l'aviation de transport fut employée sur une très grande échelle pour ravitailler des armées entières. De nombreux équipages d'élite périrent dans les Ju 52 ou dans les bombardiers utilisés comme appareils de transport. Les avions de guerre proprement dits, chasseurs, stukas, torpilleurs furent aussi sévèrement éprouvés.

Ainsi aux difficultés résultant du remaniement de son personnel s'ajoutent les difficultés de recomplètement des unités en personnel navigant. Des demandes, formulées par des commandements d'unités, ne furent que tardivement satisfaites. Dans les équipages faits prisonniers à côté du personnel d'élite comptant de nombreuses missions de guerre, on voit apparaître de plus en plus de tout jeunes gens sortant des écoles où leur séjour fut écourté et n'ayant pas même fait leur entraînement de groupe. L'inexpérience de ces équipages est la cause de très nombreux accidents. Enfin, l'attitude de la Luftwaffe à l'égard des aviations satellites est assez caractéristique. Avant 1942, les Allemands méprisaient les pilotes roumains, hongrois, croates, espagnols. Ils refusaient de leur livrer des avions modernes, même pour combattre à leurs côtés, préférant faire monter ces appareils par des équipages allemands, les seuls capables de les mettre en valeur. Depuis, les Allemands ont révisé leur jugement sur leurs Alliés. A condition qu'ils opèrent sous leurs ordres ils sont disposés à leur donner un équipement moderne. A la fin de 1942 et au cours de l'hiver 1942-1943, de nombreux équipages roumains et quelques équipages hongrois s'entraînaient sur des appareils allemands dans des écoles créées par la Luftwaffe en Roumanie et en France. Le projet fut établi visant à la création d'une flotte de 800 appareils de première ligne qui sera assimilée à la Luftwaffe lui permettant ainsi d'économiser autant d'équipages.

Ainsi on vit apparaître une série d'indices certains qui permettent d'affirmer que la Luftwaffe subit dès 1942 une crise très sérieuse de personnel navigant. Cette crise fut d'autant plus grave qu'elle se développa parallèlement à une crise de matériel.

 

III. — FORMATIONS  DES  PILOTES

 

Avant d'être incorporé dans la Luftwaffe, les élèves-pilotes ont passé par les centres de vol à voile organisés par la Fliegerhitlerjugend et le N.S.F.K. (National-Sozialistischer Flieger Korps) véritables pépinières pour le recrutement du personnel navigant de l'Armée de l'Air allemande. La plupart des élèves-pilotes sont titulaires du brevet B, de vol à voile, quelques-uns du brevet C.

Une fois incorporés dans l'Armée de l'Air les élèves-pilotes suivent la progression suivante :

1°) Fliegerausbildungregiment (Régiment d'instruction militaire de l'Aviation).

Toutes les recrues, y compris les élèves-officiers, sont envoyées à cette école, qui s'appelle également « Rekruten-Depôt » de la Luftwaffe.

La durée du stage est de 2 à 3 mois pendant lesquels les recrues reçoivent une instruction militaire générale (discipline générale, école du soldat, culture physique, etc...).

2°) Fluganwärterkompanie (Compagnie d'instruction aérienne),

Les élèves sont envoyés dans ces écoles en sortant du Fliegerausbildungsregiment. Ils effectuent un stage de 2 mois (stage d'entraînement au vol et d'instruction théorique aéronautique).

3°) Ecole de pilotage élémentaire.

La durée du stage dans ces écoles varie de 6 à 8 mois. Les élèves-pilotes sont entraînés d'abord sur avion-école, puis sur appareils plus modernes. Ils effectuent 100 à 130 heures de vol et, en quittant l'école, s'ils sont reçus à l'examen de sortie, ils reçoivent leur brevet de pilote de la Luftwaffe et sont classés en chasseurs ou bombardiers.

4°) Ecoles de perfectionnement par spécialités :

a) Bombardement.

.Au sortir de l'école élémentaire, les élèves-pilotes de bombardement ou de reconnaissance sont envoyés dans une école de perfectionnement où ils effectuent un minimum de 60 heures de vol. Durée du stage : 3 à 6 mois. Entraînement progressif, commencé sur appareils anciens et terminés sur appareils modernes. A la fin du stage mention est portée sur leur brevet du passage dans cette école. Ils sont alors dirigés sur une école de pilotage sans visibilité (P.S.V.), où ils exécutent 15 à 20 heures de P.S.V. Durée du stage : six semaines. Puis ils sont envoyés à une école de bombardement pour une durée de trois mois. Ils y subissent un entraînement par équipage, de jour, de nuit et par tous les temps. A la fin de ce dernier stage ils sont affectés par équipage à une unité combattante.

Résumé de la formation d'un pilote de bombardement

Régiment d'instruction militaire   ...........           2 mois

Compagnie d'instruction aérienne  ..........         2 mois

Ecole de pilotage  élémentaire   ;............         6 mois à 8 mois

Ecole de perfectionnement   ................           3 mois à 6 mois

Ecole de P.S.V.   ................................           6 semaines

Ecole de bombardement   ....................          3 mois

Total : environ 18 mois à 2 ans ............           220 à 270 heures de vol

 

Actuellement (1944) la durée des stages est réduite au minimum. On peut donc admettre que la durée de la formation des pilotes de bombardement ne dépasse guère 17 mois.

b) Chasse.

Au sortir de l'école élémentaire, l’elève-pilote de chasse est envoyé à une école de chasse : durée : 3 mois. L'instruction débute sur des types d'avions périmés et se poursuit sur Me 109 et Fw 190.

Les pilotes qui se destinent à la chasse sur bimoteur sont dirigés au sortir de l'école de chasse sur une école de chasse sur bimoteurs.

 

c) Bombardement en piqué.

Au sortir de l'école élémentaire les pilotes qui se destinent au bombardement en piqué sont dirigés sur les écoles spéciales de bombardement en piqué. Ils y effectuent un stage de trois mois environ. Les élèves exécutent seuls leurs premiers piqués après 15 sorties en double-commande. Le nombre de piqués à faire par jour est facultatif (15 environ), l'altitude normale du début du piqué est de 4.000 mètres environ.

L'instruction tactique et de navigation ne vient qu'en second lieu. La fatigue éprouvée par les pilotes est considérable et il est probable qu'il y a un grand pourcentage de déchet.

 

IV. — RECRUTEMENT DES OFFICIERS DE RÉSERVE

 

Les officiers de carrière de la Luftwaffe se complètent pendant la guerre par des volontaires nommés ultérieurement aspirants (Fahnenjunker), après un stage de formation dans la troupe.

Ces volontaires parviennent surtout de la Flieger H.J. et du N.S.F.K. Les différentes carrières d'officiers dans la Luftwaffe sont :

— Officier aviateur.

— Officier de Flak.

— Officier des Transmissions de l'Air.

— Officier du corps des ingénieurs aéronautiques.

— Officier du service médical.

1°)  Conditions d'engagement.

Les candidats officiers sont engagés d'abord comme volontaires et sont nommés aspirants après un stage dans la troupe qui permet d'apprécier leurs aptitudes.

Ces candidats sont dispensés pendant la guerre du service obligatoire du travail. Les candidats officiers doivent :

— Posséder le baccalauréat ou un diplôme équivalent d'une école supérieure.

— Avoir la nationalité allemande.

— Posséder la langue allemande.

— Etre de souche aryenne.

— Etre apte au service armé.

— Etre célibataire.

— Etre de bonne vie et mœurs.

— Avoir une taille comprise entre 1 m. 70 et 1 m. 85 (pas en-dessous de 1 m. 60).

— Etre âgés de 17 à 24 ans.

2°) Formalités de l'incorporation.

Les candidats passent une visite médicale pour constater s'ils sont aptes au P.N.

3°)  Instruction.

L'instruction des candidats-officiers comprend l'instruction militaire de base, du service dans une unité engagée, un cours dans une école d'armement, puis un cours d'école de guerre.

 

 

 

 

En plus, les candidats font leur entraînement aérien.

Au bout de quatre mois de volontariat, les candidats peuvent être nommés aspirants.

Candidats qui ne sont pas titulaires du baccalauréat :

Ces candidats, après avoir servi pendant plusieurs mois dans la troupe, peuvent être admis à entrer dans la carrière des officiers après avoir suivi un cours pour le recrutement des officiers de guerre (Lehrgang fur Kriegsoffiziernachwuchs).

Corps des officiers ingénieurs de l'aéronautique :

Les candidats doivent être titulaires du baccalauréat. Ils sont soumis à la même instruction que les élèves-officiers jusqu'au moment où, d'aspirants, ils sont nommés sous-lieutenants. Ils suivent alors des cours techniques : d'abord un stage pratique de six mois dans un atelier aéronautique, puis trois années d'études techniques (comparable à l'enseignement de l'Ecole supérieure aéronautique) pendant lesquelles le candidat effectue plusieurs stages dans divers ateliers spécialisés.

 

V. — LES  UNIFORMES DE L'ARMÉE DE L'AIR

 

L'Armée de l'Air allemande a un uniforme de couleur gris bleu qui est le même pour l'aviation, l'artillerie anti-aérienne, les transmissions et les services.

Les troupes de l'Armée de l'Air portent :

— La casquette avec la grande tenue, la tenue de sortie et la tenue de service;

— Le casque avec la tenue de parade et la tenue de campagne;

— Le calot avec la petite tenue de service.

La vareuse est à col ouvert. Avec la tenue de parade, la tenue de service et de campagne, le pantalon est remplacé par la culotte et les bottes.


File7573 WEB

Deux pilotes de He 111 en tenue de vol .
 

VI. — HIÉRARCHIE

 

Insignes de grades. — Couleurs distinctives des subdivisions d'armes et des services de l'Armée de l'Air

Dans l'Armée de l'Air, les grades se reconnaissent aux insignes portés sur les épaulettes (officiers) ou les pattes d'épaules (sous-officiers et soldats) et sur les écussons le col des différentes tenues.

Toutefois, sur la tenue de vol de l'aviation, les insignes de grades sont portés sur chaque bras, entre le coude et l'épaule.

Les insignes de grades sont lés mêmes pour toutes les subdivisions d'armes et les services de l'Armée de l'Air. Seule, la couleur de l'écusson de col, du liseré des pattes d'épaules ou du fond de l'épaulette permet de différencier entre eux les subdivisions d'armes et les services.

 

 

 

 

 

c) Insignes de grades portés sur la tenue de vol

(Sur chaque bras entre le coude et l'épaule)

 

General der Flieger (Général de corps d'armée)                       3 ailes en métal jaune au-dessus d'un galon jaune.

Generalleutnant  (Général de  division)                         2 ailes en métal jaune au-dessus d'un galon jaune.

Generalmajor (Général de brigade)                                         1 aile en métal jaune au-dessus d'un galon jaune.

Oberst (Colonel)                                                                    3 ailes en métal blanc au-dessus de deux galons blancs.

Oberstleutnant  (Lieutenant-colonel)                                        2 ailes en métal blanc au-dessus de deux galons blancs.

Major (Commandant)                                                             1 aile en métal blanc au-dessus de deux galons blancs.

Hauptmann (Capitaine)                                                           3 ailes en métal blanc au-dessus d'un galon blanc.

Oberleutnant (Lieutenant)                                                        2 ailes en métal blanc au-dessus d'un galon blanc.

Leutnant (Sous-lieutenant)                                                       1 aile en métal blanc au-dessus d'un galon blanc.

Oberfeldwebel (Adjudant-chef)                                              4 ailes métal blanc.

Feldwebel   (Adjudant)                                                           3 ailes métal blanc.

Unterfeldwebel (Sergent-chef)                                                2 ailes métal blanc.

Unteroffizier  (Sergent)                                                           1 aile   métal blanc.


Partager cet article

Repost 0
Published by aerophile - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le bloc-note de aerophile
  • Le bloc-note de aerophile
  • : Receuil de reportages et de textes divers et variés sur l'histoire aéronautique pour faciliter la vie des chercheurs et des amateurs d'aviation.
  • Contact

Profil

  • aerophile
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.

Recherche