Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 15:27

MATRA R 80 & R 90

 

 

 

 

 

 

© Jacques Moulin

 

 File7740 WEB

Plan d'époque d'origine CAPRA.

 

 

 

Etudié en 1942, le CAPRA R 80 est un avion-marin catapultable qui devait être construit pour le compte d'une compagnie Franco-Portugaise qui aurait été créée pour exploiter le transport du courrier sur la ligne Lisbonne-New York. Il s'agissait donc d'un appareil purement postal.

C'est un trimoteur quadriplace (outre le fret postal) dont la formule est très originale. Catapultable, il ne pouvait pas décoller sur l'eau : les hélices auraient été à moitié immergées. Pour contourner ce problème un dispositif devait bloquer les hélices bipales en position horizontale lors de l’arrêt moteur, ce dispositif incorporé au réducteur avait été étudié par Hispano-Suiza alors replié à Tarbes.

Les déplacements sur l'eau sont obtenus à l'aide d'un petit moteur marin placé à l'arrière de l'appareil et qui est descendu au moment des manœuvres. Ce moteur dirigeable par le pilote aurait permis d'effectuer de petits déplacements, par exemple pour se rendre sous la grue de l'appontement de catapultage.

Le système de structure des ailes est toujours le même que sur les premiers CAPRA, avec une poutre réservoir en inox soudé.

Les moteurs avant étaient montés cote à cote et attaquaient une boite d'engrenage servant en même temps de réducteur et qui entraînaient les deux hélices bipale.

Le moteur arrière était situé assez loin de l’hélice qu’il entraînait par une transmission assez longue, cette position était imposée pour des problèmes d'équilibrage de masse.

En l'air, la propulsion était assurée par deux moteurs à l'avant qui actionnaient deux hélices contrarotatives tractives. Un troisième moteur, placé à l'arrière, actionnait une hélice propulsive.

Une nouvelle fois Roger ROBERT avait innové, pour affiner au maximum l'appareil, si des prises d'air pour les radiateurs d'huiles sont sur l'avant du capot moteur, le circuit de refroidissement d'eau est déporter loin derrière le poste d'équipage, à mi-chemin des moteurs avant et arrière. L'air rentrait, comme sur le R.40, dans les bords d'attaques des ailes, la conduite forcé rejetait l'air loin derrière les ailes.

Les ballonnets stabilisateurs étaient rétractables.

L'appareil était évidemment muni d'un pilote automatique.

La mise en service de ces appareils entraînait une infrastructure spécifique, pour permettre le décollage, qui entraînait l'utilisation d'une grue et d'une catapulte de plus de soixante mètres de long, une belle machine... Elle aurait été construite par les Chantier de Penhoët.

Ces appareils devaient être construits au Portugal, mais évidemment rien n'était prévu à New-York, car les promoteurs de cette aventure n'avaient pas pu s'y rendre…

Le contact avec les autorités portugaises déjà bien engagé, mais trainait en longueur, était mené coté français par le célèbre pilote René Lefèvre qui était encore à Lisbonne en novembre 1942, lorsque les allemands envahir la zone dite « libre », Renè Lefèvre décida alors de rejoindre l’Afrique du nord libérée.

Le projet tomba a l’eau…

 

Caractéristiques

 

          Envergure                                                           24,83 m

          Longueur                                                             24,25 m

          Surface alaire                                                      65 m2

 

          Poids par cheval (au décollage)                            4,93 kg/ch

          Poids au m2                                                         264,50 kg/m2

          Puissance au m2                                                  57,6 ch/m2

 

          Poids à vide équipé                                              9205 kg

          Poids du combustible                                            7145 kg

          Poids du lubrifiant                                                   410 kg

          Poids de l'équipage                                                 390 kg

          Charge commerciale                                            1850 kg

          Poids total en ordre de marche                           18 500 kg

 

File7741 WEB

 

Un autre plan plus large toujours d'origine Capra.

 

 

Moteurs:

 

3 Hispano-Suiza H-S 12Z de 1250 CV équipé de compresseur Szydlowski (Turboméca) (1) ou trois Allison( ?)

3 hélices bipales :                                                         diamètre 4,60 mètre.

Puissance nominale totale                                            3750 ch

 

Performances espérées

 

Vitesse de croisière                                                                             520 km/h

Altitude de croisière                                                                            8000 m

Consommation horaire                                                                         455 kg

Autonomie                                                                                          15h 40 mn

Distance franchissable par vent nul                                                      8000 km

Distance franchissable par vent contraire de 100 km/h   6500 km

 

Construction Tout-métal

 

(1) A cette époque ce moteur était loin d’être au point.

 

File7742 WEB

 

 

 

 

Un plan détaillé que j'avais réalisé en 1974 pour publication dasn le Trait d'Union .

 

 

 File7743 WEB

 

 

 File7744 WEB

 

 

 

Deux croquis extraits du brevet d'époque, déposé par Roger Robert..  

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by aerophile - dans Avion de papier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le bloc-note de aerophile
  • Le bloc-note de aerophile
  • : Receuil de reportages et de textes divers et variés sur l'histoire aéronautique pour faciliter la vie des chercheurs et des amateurs d'aviation.
  • Contact

Profil

  • aerophile
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.
  • Je suis un historien aéronautique bien connu et j'ai publié de très nombreux articles, et j'ai visité de nombreuse base aérienne, en France et en Europe; ainsi que trois ouvrage sur: Les Autogires, les Loire 46, et les Bloch 174.

Recherche